sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Mardi 16 mai 2006 à 13:12



Debbie dit :
Arrête ste plait. Si c'étiat amusann avant, la ca devient lourd.


Debbie dit :
Tu vois quoi a travers un blog ? J' écris que ce que je veux dessus. Ptet même que j e m'invente une vie. T'en sais rien. Alrs arre^te s'il te plait.

°]Arcade Fire[ ° dit :
Quoi que tu dises, c'est une partie de toi. Tu es conne et immature, ça tu le sais ? 


Debbie dit :
Oui


°]Arcade Fire[ ° dit :
Tu es pire que je le pensais.


Debbie dit ;
Oui

 °]Arcade Fire[ ° dit :
"Tu ne veux plus jouer avec moi ? " mdr

°]Arcade Fire[ ° dit :
Tu ne réponds plus ?

°]Arcade Fire[ ° dit :
Partie ?

°]Arcade Fire[ ° dit :
Sidaléane ou comment se faire envoyer chier... Tu veux rien entendre, tu ne veux pas grandir... Et bien reste ! Ce n'est pas ma vie après tout... J'ai ce qu'il me faut, moi, et je n'ai pas pas besoin d'un blog stupide pour m'extérioriser, comme tu dis, ou pour me faire des amis virtuels car je ne suis pas associable moi...


Mardi 16 mai 2006 à 12:02


Putain ! La balance aussi est une ennemie. Une traitre. Quatre de perdus, un de retrouvé. Pauvre conne. Grosse vache. Le pot de nutella est bientot fini. Deux pots en six mois. Je n'en rachèterai plus. Clope du matin, ça c'est rarissime. Un jour, je serai un squelette. J'aime les squeletttes. D'ailleurs jeudi, je serai un joli quarante-deux. En nuançant  le "joli". C'est impossible ça. Aussi pourquoi je suis si petite... Même si ça a quelques avantages. Je veux avoir 10 de différence avec l'ampli mais qu'on m'entende bien. Pour qu'on en rigole un peu. Ca veut dire qu'il en reste cinq. Dans deux voire trois semaines, ça sera opérationnel. Et le bruit courra sur les murs.
Le Noute ira chercher la tête ce week-end. Un avant-gout. Et je commande la basse pour mi-juin. Que je commence. Ca me démange les doigts. C'est une obsession. Ouais, tu verras ! Tu verras que je t'impressionnerai. Même s'il t'e faut beaucoup. Même s'il faut que je devienne technique. Je te soulerai encore et encore. Tu vibreras pendant tout l'été. Tu seras obligé ! Moi je m'en lave les mains. Et si ce n'est pas toi que j'étonnerais, ce sera ce satané batteur. Je rigole déjà.


Seulement, en suis-je capable ?


________________________________________________________________


Jeûner. Mettre des concombres à dé-saler parce que sinon, pour l'Autre, c'est indigeste. Jeûner quand même.  Repasser une chemise propre pour montrer qu'on est comme tout le monde et qu'on ne va pas travailler vêtue comme une chiffonière. Avoir la pêche pour ouvrir des cartes de fidélité, pour avoir une carte culture et acheter un CD de gospel pour mon philosophe de père. Prendre du guarana pour tenir le choc. Partir en avance pour ne pas rater son bus.

Déclarer ses impôts, aller chercher sa première déclaration.
Aller à la sécu et à la mutuelle pour se faire rembourser.



° Ne pas oublier de rêver.
° Encore rêver.
° Toujours rêver.

Faire rêver...


[Bassesse et Préciosité]

Mardi 16 mai 2006 à 11:37


Finalement je préfère être une Sidaléane Vicious. Plutot que l'Acide que tout le monde est. Plutot que la Sid que tout le monde hait. La Sid, que je suis, que j'étais. La Sid pleine d'acide. Vicieuse sans le vouloir. Qui fait mal, toujours, mais qui lutte contre ses propres mots. Contre sa spontanéïté. Répugnant petit cafard.
On mettra mademoiselle devant à partir de maintenant.

Mademoiselle Sid.
Sidaléane Vicious. Enchantée.

Mardi 16 mai 2006 à 11:35


Je serai son souffre-souleur. Mais je serai avec lui dans le rythme. Avec lui contre les gratteux. Ptet que parce que c'est un cailloux, parce que c'est de l'Amitié. Ptet parce que M est l'Amour. Que le Lys aussi. Et que c'est géniallisime qu'elle soit aussi un A. Un Amour pour lui. Un amour pour moi. Une amitié, j'espère. Parce qu'elle est. Existe. Et ptet qu'au fond, on est pas si loin. Mais c'est se vanter que de dire ça. Jamais je n'aurai cette fibre.
Je me cherche.
Je veux être comme le géniteur que j'admire. Comme la folie que je me suis crée. Avec ce brin de folie qui existe. Parce que j'existe quand même. Même si la salissure est là. La forme difforme et informe que je suis peut bouger, peut bouffer. Bouffer, se bouffer les boyaux et l'oesophage. Comme un écureuil enfermé dans sa cage qui tourne en rond et qui attend son heure. L'heure où la cage s'ouvrira. Je l'attends.  Ce son de basse. Ce son qui te fera trembler mon petit. Et tu m'aimeras pour quelquechose. pas pour deux-trois pipes. Parce que tu aimes ça plus que tout. Mais tu aimeras me voir dans un élément qui sera le mien. Tu me kifferas quand tu ne pourras pas m'atteindre, alors que je serai en pleine extase. Alors que nous serons en pleine extase. Un orgasme de furie pour 4 fréquences sinusoïdales démultipliées. Un communion de rythme, de soul, d'esprit et de musique. Baiser avec son instrument. Etre à l'unisson. Devenir des centaines à nos sons rauques et plaintifs en rejettant le monde comme il est. Immonde et nous si beaux dans notre sphère de temps. A compter. Sans compter le temps. Sans décompter.


Et 1-2, 1-2-3-4 ! Explosion de tympans et de distortions. Surdité imminente de l'extérieur.
Juste comme ça. Corrosifs.

De vraies Ondes Corrosive, et ça, j'en suis sûre...

Mardi 16 mai 2006 à 11:26


La question de la confiance en soi n'est pas là quand on est une anorexique-boulimique qui passe son temps à se mettre deux doigts dans le fond de la gorge pour offrire son repas à son chiotte. Une guerre perpétuelle entre soi-même et son estomac. Un truc profond, j'vous dit. Plus profond que ces foutus doigts mal peints au vernis pouf pouf que je mets pour provoquer. C'est tellement moche sur moi. Et au fond, ça me correspond plutot bien.
Et pourtant je suis déjà dans le groupe. Parce qu'ils ignorent tous. Sauf Elle. Et peut-être Lui, si Elle Lui a dit. Même M n'est pas au courant. Mais je suis déjà parmi eux.
Comme une soeur.
Comme une amie.
Comme sa petite-amie.
Comme une ptite conne que je suis.
Mais pourtant déjà adoptée. Pour une nouvelle vie. Un réveil. Comme si 19 ans de caractère devait se rétracter.


Finalement je me rends compte qu ce n'est que de la jalousie. Et même pas mal placée. C'est un ange. Une déesse. Une fille bien pure. Une fille qu'on voit. Qu'on remarque. Qui évolue, qui en a dans la tête. Des efforts non vain. J'aimerai vraiment qu'on s'entende. Qu'ils restent ensemble longtemps. Que la distance les excite. Qu'elle les unit. Je voudrais qu'elle résiste. Qu'elle soit forte.
Je ne pense pas être à la hauteur. Je ferai tout pour l'être. Pour exister. pour qu'on me remarque. Pour qu'on m'entende. Qu'on m'admire.
Comment admirer un estomac sur pattes ? Court sur patte en plus. A quoi je ressemble, je vous le demande bien...
Non je ne demande à personne, je ne veux pas savoir. Ceux qui ne sont pas content, qu'ils aillent se faire foutre. Se mettre des doigts pleins de dégueulis dans le cul. Je m'en tape autant que ça m'afflige. Alors qu'on arrête. Qu'on me laisse en paix, ou en guerre contre moi-même. Même petite, je serai toujours suffisamment grande pour assumer.


Il n'y a que quelques avis qui influeront sur moi. Ils le savent. Parce que eux, eux, sont intelligents, eux réfléchissent. Parce qu'ils ne sont pas cons et irréfléchis. parce qu'ils ont une once de cervelle. Parce que je les admire. Parce qu'ils..
Je suis jalouse de ne pas être ce que je ne suis pas.
Je suis vraiment une connasse pleine de nutella. Tu es rien, ingrate. Dégage. Tu salis tout ce que tu touches. Tes entrailles sont pourries. Tu te meurs de l'intérieur. Honte éffrontée. Visqueuse et flasque, petit nain de jardin.
Dégage de là, tu tues l'air. Tu assassines tout. Horrible. Affreuse.

Horrible.
Affreuse.
Horreur.


Horrible. Affreuse.



Oui, horrible !


<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast