sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Jeudi 8 juin 2006 à 17:34


S'arracher la peau de nos ongles excités comme des mammifères en chaleur sentir la violence de l'acte pris de court tous les deux humides en sueur jusqu'à la moëlle osseuse lubrifiants naturels. Faire du bien en faisant user nos corps dans la douleur, faire pleuvoir la chaleur des coups sur la nudité affamés de nous-mêmes devenir chien devenir chienne devenir chatte en chaleur s'encastrer comme des legos jeu sexuel et ne plus pouvoir se détacher des liens trop serrés bondages en folie bandage et bandage occulaire s'aimer à feu à sang le faire remonter sur la pâleur des nos épidermes déjà à vif ressentir jusqu'au bout des entrailles la vibration vitale du vit et ses vas-et-viens dans une nuit sombre.
Contracter muscles, ne plus faire qu'un emboités dans une danse macabre et rauque dominé dominant rapport sado-masochiste douleur physique avantageux plaisir sournois et fantasmes réalisables.
Aimer le mal dans la profondeur exigüe de la complicité saigner les chairs faire grincer les os mordre d'envie tirer les cheveux pour relever la tête mordre redresser le bassin tendre l'intimité coups secs et frappants sucions déterminés un instants tâchés. Sublimation de tous les sens dans tous les sens. Mettre en valeur nos côtés caché dévoiler sa pudeur noyée dans les liquides corporels besoins naturels assouvis désirs machistes de chacun de nous dominer. Brûler les codes brûler les corps et la graisse l'agresser verbalement chaudes insultes aimer par-dessus tout l'ardeur des acteurs du soir ou du matin dans leur propre rôle. Fantasmagorique. Autre Soi.

Bouffie, gonflée. Adipeuse charpente, enflée. Hier premier passage dont décompte totalement anglophone, que ce soit locuteur ou interlocuteur. Chiffres révisés. A la baisse. Betteraves seulement ou jeûne total. Plutôt deux fois qu'une.
Le mariage n'est au final que l'ouverture d'un carte de fidélité dont le principal avantage est une réduction fiscale.

Mercredi 7 juin 2006 à 20:59


Aujourd'hui est jour de collection de déveine et couilles en tout genre. Poisseuse désespérée. Chocolat out. Pommes-chocolat. Glaces à la fraise. Haricots verts. Pain. Finalement, finissement fini. Un peu d'hari-choc. Plus rien, vide. Savent pas lire. S'éclater les kentos. Ne plus rien supporter. Sauf les week-end. Explosion des paquets de yahourts. Hier, capellini en perte, tombée du poids lourd. Devoir tout nettoyer. Plus de valeurs. Plus de valeurs, plus de patience. Vouloir que ça s'arrête. Se plaindre. Je ne fais que ça. Zone rouge. Se répéter spectaculairement. Défoulement. Fatiguée, exténuée.
Avoir envie de baiser. Avec violence. Chienne en chaleur. Clarifier les motivations. Les exposer grandement. Etre une autre. Penser au but. Visage déformé. Visible. Creuser une tombe. Toujours le sourire. Rentrer et se poser. En manque de cul. En manque tout court. Fumer. Fumer. Voir la basse. Cernes flagrantes. Le médiator de fou furieux. Médiator violet. Bella, bella bassa. 
Envie de cerises. Cracher les noyaux comme du venin empoisonné. Ebay toujours suivi. Constations. Stoïque face aux remarques. Forceps intellectuels. Reprendre les cours, en manque aussi. Est-ce que tu l'as, toi aussi, cette cicatrice des dents de la main ?

Puis il n'y eut plus rien. Le temps s'était arrêté. Elle se retint de lui foutre un poing dans la gueule. Retenir sa haine, sa rancoeur. Tutoyer la grosse vache parce qu'elle avait commencé  à la tutoyer. Faire comme. La prendre pour une conne, ironiquement. Ravaler sa salive, ses larmes et ses envies meurtrières. Matinée qui commença fort bien mal. L'après-midi fut de même ampleur. Moins de pêche. Il n'y avait plus rien.

 

Mardi 6 juin 2006 à 12:27


Veille fatale. Même pas tout dégueulifier. Sentir l'estomac travailler. Se dire qu'il est presque trop tard. Devoir insister. Devoir insister. Voir que tout ne retourne pas à l'envoyeur. Enfin presque tout quand même. 41,5. Echec brûlant. Plus de pesée. Plus de craquage le soir, plus rien dans le froid tentateur. Accumulation des tics. Linéarité du temps. J'ai dix jours et quatre kilos. Faisable. Mais la volonté est faiblarde. Agrouuu !
Appart brillant de propreté. Continuer les efforts. L'espagnol compris par les autres. Faire le solo pour le 17. Mettre la barre très haut. Appeler pour le BTS, surveiller la boîte au lettre. Vouloir savoir. Continuité ambigüe. Prendre des nouvelles car incapables d'en donner. Ca se disait amis tout ça. Enculés, vendeurs de rêves. Déception même si on voyait le coup se faire. Organisa-tueurs de soirs. Trop occupés. Fictive réalité de la vie. Bouirg. S'improviser jardinière. Planter la pelouse pour respirer la nature.
J'aime les glaces au chocolat, le chocolat des chocos et les glaces à la fraise.


D - Bonjour !
D - Regarde Loute : un étui rigide à 69 euros !
V - Bonjour. Ah ! bah je viens de receoir votre basse. Il y a deux minutes. J'allais vous appeler.
Sourire décontenu !
D - Je vais prendre l'étui pour basse. Le stagg.
V - Je vous le fais à 60 euros.
D - Merci.

Puis après, 3h de basse, Sweet Dreams et Zombie en entier dans les doigts.   "Ca te va bien la basse"    Merki Noute. Ne t'aime. Pelouse achetée. On essayera même sur moi. Qu'on se marre comme des canards... Ahhh ! J'ai peur pour eux ! Qu'on extermine les cons. Piscine avec pirhanas. Vol en parachute sans parachute dans l'Atlantique à 200 km des côtes. Virus qui assassine la mort qui tue. Stage de plongée sans bouteille d'oxygène. Mièvrerie et niais. Désopilant ! Je me poile. Le soeur qui imprime mon mail. Déifiée sur le pan d'un mur. Faire plaisir avec des mots. Ironie du sort. Dangeurosité. Basse. Déjà accro...

Petits pois-glace-pomme-pizza (1/8) --> 500 cal max

Lundi 5 juin 2006 à 13:07


Anniversaire de la soeur. Ne pas céder aux demandes externes. Mon exutoire. Rester telle que. Certes un pococito amphigourique. Mystère et boule de gomme. Ouais. Je ne changerai pas. Invisible et motivée. Asticot grouillant. Assumer ses conneries. Toujours cacher le rejet. Traîtrise. Warkkk !

Marre de ces connards qui n'assument pas leurs propres conneries. De des connards qui stressent pour un rien. De ces connasses qui se sentent supérieures. Que nenni. S'écraser un peu. "Repasser ta chemise à la cabine" Connasse. Eurk ! Allez vous faire foutre. Acheter de la teinture pour planter la pelouse. Sa faire chier au taf. Les haïr. Tenir trois mois si possible. Motivation Basse ! Juste pour me faire tenir. Bandes de connards. Ne pas avoir suffisamment de cran et de patience pour rester stable humeurement. Lunatisme. Ras le bol. Hypocritement gagnée cette tune. Vivement le 17. Qu'il se bouffe les doigts de rage et d'impuissance. Se sentir Nul et ne plus toucher ni aux grattes, ni aux poupées russes. Passer du bon temps avec les doubles. Faire l'unisson. Comme d'habitude, comme des cons que nous sommes. Teindre un tantinet. Vouloir hacher du macho. Scie circulaire. Crépusculaire. Camper. Ou pas. Suspens. Voir les éléments dans leurs éléments. Niquer verbalement du connards primitif mal personnifié en junky. Même pas à sa cheville. Caisse claire et cymbales. Caisse claire et préamp. Pédale de distortion. Teinture et papier cul. Rira bien qui rira le dernier. Lui, le premier à gueuler. Savoir ce qu'il pense sans mettre de mots. Lui laisser l'aisance de le faire. Approuver. Juste être d'accord. Et dire son avis. Non-influençable. Se faire narguer par un gratteux doué. L'envier mais se dire qu'on a la motiv' de le faire se pisser dessus. Jouer trois heures par jour si possible. Faire kiffer les solos. S'exprimer par les Ondes. Jeter Internet aux chiottes. Jeter les spaghettis, cacahuètes, glaces, pomme, boudoirs et ice tea. Et faire bisquer ceux-là. Inconsciemment. Régler le souci. Mettre le miroir devant leurs gueules appeurées. Ne rien dire. Subir. Tenir. Et avoir le courage de tout ça. Rajouter des mots aux dicos, trop pauvre de sens ce bouquins.
Gneuh ! Oublié encore de souhaiter l'anniv' de la soeur.... J'y aurai pensé... Et merde !

Alchniar Rule Aldemy Astrodoff Caremy.
Nibd Noxur.


Dimanche 4 juin 2006 à 1:51




FUCKIN' YOU.


<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | Page suivante >>

Créer un podcast