sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Samedi 26 août 2006 à 1:40


Il s'inquiète, ils croient n'importe quoi. Ils ne comprennent rien ? En tout cas, il ne comprend pas et ils mélangent tout. Pourquoi ? Passer pour une folle. Crier de rage dans un silence passif. Rien de plus, rien de moins, juste pour cela. Juste triturer la chaire. Pour le fun. Qu'est ce que tu vas penser ? Panser ? Non plus. Trompes, trompes, comme un eléphant. Suffisamment pour mes conneries et mes maladresses. Remarquer, c'est des conneries. Vraiment suffisamment débile pour qu'on me remarque. Que j'aille me faire foutre.
 
Ca me va très bien, ouais. Arrêter la basse le temps d'une soirée, marre d'entendre gueuler à ce propos avant même de l'avoir sortie de son étui magique. 2 minutes pas plus. Ras le bol. Reprendre ce soir avec Lui ou/et toute seule si le concert annulé pour ma gueule. Un minimum prête pour la Première. Ne pas être sufisamment investie ? Mais que dit-on ? Quand "On" verra mes progrès et ma vitesse de progression, on la bouclera. Verra bien qui gardera une vue saine. Mais tu veux quoi ? Vous (?) voulez  (?) quoi ? Que je devienne encore plus barge ? Peux que péter un cable ou plomber. Peux plus pour le moment, saturation maximale (haha, me gausse), les deux canaux, j'en peux plus de tout côté. Désolée, je lutte contre moi-même et contre Auchan, ça me suffit ... Juste un peu de temps que je reprenne mon souffle.
To breathe.

Grind, grind, larme à l'oeil, Dark photo merdique dans tous les blogs, pantin décoloré. Chialer, ça fait du bien. 4 pains à l'emmental (750) + une pomme (75)
*Blop, pas glop* Manque de quelque chose. Plus que 40 heures maximum. Putréfaction !
Cycas. Retenir le nom de jolie plante de Monman. Mal de dos, tiens plus que par les nerfs. Pas fait le sport aujourd'hui, tout à l'heure si Loute veut. Mars est repartie au loin. Se rassurer un peu au pieux. Parce qu'il y fait chaud et sombre. Rassurants :  des bras protecteurs de ses propres doigts. (qu'est-ce qu'ils peuvent avoir les idées mal placées)
Les entrailles cadavériques d'ambiance.
Et bah ouais, j'ai besoin d'être constamment rassurée, c'est comme ça, moi chuis con et XX.

Ce n'est ni de la satifaction, ni de la fierté. Pas envie de pleurer pour des cicatrices moches. (Mais symétriques) Ce n'est ni de la narquoisie, ni du défi. Ni pour blesser. Toi ou autre personne. Juste une pulsion, plaisir masochiste de sentir l'empreinte d'un ongle dans la peau, puis le plasma se rependre dans la blessure. Puis le sang si une aiguille de pin est là pour m'aider à la tâche. Pas désinfectées les premières, tant pis. Juste P-U-L-S-I-O-N-N-E-L !
S-E-N-S-A-T-I-O-N-N-E-L, et pûrement relatif. J'aime cette sensation ! Rien à rajouter, on comprend ou non, j'assume. Ou presque. Bandage pour le taf, bandage tout court pour éviter les questions. "Me suis battue avec un lion" Réponse donnée courante pour éviter les précisions et marquer un peu d'humour (jaune). Ta gueule ! Ma gueule ! N'ayez pas pitié, je vais très bien. Juste comme ça, par ennui. Ne pas chercher plus loin.

Pas envie d'expliquer, très bizarre. Choyée au maximum. Trop de distances avec tout le monde. Ou presque encore, et encore. Plus rien, que du vent, n'espère plus rien maintenant. Rien que pour le fredonnement incessant de la romane, jalousie. Devant tant de Vérités, autant de déceptions, désolée les amis. C'est moi contre moi et tout le monde. Peut-être que c'est le pire. Méfiance totale. C'est vraiment du délire, comme si tout le monde voulait savoir des choses. Comme si j'étais épiée et observée avec des jumelles. Que ce soient les chefs, les collègues, les potes ou pire, et sans aucune raison en plus, les A-M-I-S. Oui, je nage en plein trip, même pas besoin de Drugs pour être parano.

Trop perso par là. Chacun son cul.
De quand date mon dernier fou rire anerveux ?



- Un Peu de Sérieux
- Boulot/ No Name
- La Complainte de Mon Amie La Loque
- Intello
- Lycée Merdier

Et t'en foutre plein la vue, mec ! Allers-retours, bien bluffé. Et ouais, je sais. Fierté immense bien profonde (dans mon cul) et modestie extérieure. Je connais mes capacités et mes Motivations ! Et ce n'est pas fini,  je ne fais que débuter ... Tu disais qu'il en faudrait beaucoup pour t'impressionner. Tu te contentes finalement de peu ... T'ai même épuisée... HAHAHAHA !
Niark-Niark!

Jeudi 24 août 2006 à 19:32


C'est le la-pinou dans la garigue, c'est le la-pinou dans la garigue.
C'est le la-pinou, c'est le la-pinou, c'ets le la-pinou dans la garigue.

Fond musical enchantant, mouais.
Humeurs à envoyer chier tout le monde en ce moment. Ne sais plus, ne comprends plus.
Et ce mot de passe de merde. 3h à trouver que c'était rien ! C'est quoi ce bordel ? Options à la con quand on sait pas les utiliser.
Gerlinéa Chocolat, trop bon. Max 800 cal par jour depuis quelques temps. Sens mieux.


Me sens pillée, me sens morte, me sens forte. Conne immature, moche et risible. Que j'arrête de me plaindre. Putain, et ouais, j'en viens même à m'écrire des posts à la con pour moi même. Bah ouais, vous croyez quoi ? Que j'oserai insulter quelqu'un comme ça ? Et bien vous avez raison, mais pas en ce moment. Ence moment, c'est MOI MOIMOIMOIMOIMOI. Et puis non, c'est pas con, ce que je me suis écris, c'est juste ce que tout le monde doit penser. J'en suis certaine. Et puis d'abord, tout est pour moi-même ici, j'ai plus envie de jouer au pantin, en viens même à avoir des idées destructrices. (Quoi destructrices ? Tu déconnes ??)
Alors quoi ? Pourquoi vous continuez à lire bandes de moules mal accrochées ? Mais vraiment ! J'ai juste besoin de parler à quelqu'un, juste péter le splombs en live comme je le fais en silence. Juste besoin d'avoir quelqu'un. Pfff, je me fais pitié. Je ne suis plus Sid Vicious, je suis re- la pauvre Sidaléane à tuer. Ouais c'est ptêt très con à entendre, très con à dire aussi. Sauf que ces perso sont comme des représentations : force et faiblesse.
J'y crois juste. Retrouver cette rage d'antant, cette volonté de vie, de joie et d'amuse-gueule. Le jour où je saurai écrire, ça se saura. "Ca se saurait" Et bah ouais mec...
Pouffiasse de merde qui sait même plus où mettre les pluriels. Pluriels de merde, aussi. J'en peux plus.
De la morosité à revendre, 3615code-qui-n'en-veut-pour-ceux-qui-n'en-veulent. AHAHA, et elle se croit drôle aussi. Muette comme une huître, chiante comme un gamin qui braille parce qu'il a faim, violente dans ses pensées comme une lame de fond. Vous voulez que je vous dise quoi ? J'ai envie d'insulte tout le monde, alors j'insulte tout le monde.
Sauf The Gribou Circle, mais ça vous vous en foutez aussi.
T'es vraiment à gerber. Pitié indicible. Rentre chez toi. Va au ciel. Diablesse.
Et tu te parles encore à toi connasse ? Pff, pitoyable !
Voilà, je sais plus. C'est tout. Ne me le permettez pas si vous le voulez, je m'en prends aux bras. Joli motifs symétriques, ongles courts mais utiles. Et eux, encore à juger !
Mais putain, JE VOUS ENCULE !


Je me sens vraiment toute seule.
Je me parle toute seule.
Je trippe toute seule.
Je suis dans un monde trop hermétique.
Et au final, TANT MIEUX !

Mercredi 23 août 2006 à 21:12



En fait, ils avaient tous raison. On est toujours tout seul dans la vie. Crever comme un rat mort ou agonisant. Changer la face du monde en s'inventant des voix et se créer une personnalité de merde pour y ressembler. C'est cela même, non merci, je préfère que vous alliez vous faire foutre.
Toi, cherche pas à comprendre, rien n'est pour toi. Rien ne va à toi, tu peux toujours réver. Arrête de dire des conneries et de te plaindre. Tu commences simplement à me faire chier comme tu fais chier les autre. Et puis merde, pourquoi j'irai te dire tout ça. Tu t'en tapes après tout. Dans tes trips. Oui c'est de la jalousie mal placée. Parce qu'au fond, c'est que des conneries tout ce que tu m'as dit. Remarque, finalement, je m'en contrebranle également. C'est quoi ce coup de gueule de merde ? Je vais te le dire : un chiotte virtuel et un bras à lacérer.
Voilà, c'est tout et j'espère que tu peux te rentrer ton God dans le cul bien profond. Pseudo-con, qu'est ce que ça peut vous foutre ?


Oh et puis merde !
Va te faire foutre !
Même pas à en pleurer.
Qu'est ce que je peux en foutre ?
Rien à carrer de ta gueule et de tout ce merdier.
Canardée par la connerie.

Vraiment gosses.
Toujours le même refrain larmoyant.
Simplement pitoyable.

Qu'ils aillent crever en enfer.


Toute façon, S.V. a disparu. Il ne reste rien. Rien qui ne vaille la peine. Et bien non, le paradis a fermé ses portes . C'est comme ça, je n'y peux rien. C'est juste trop. Trop, c'est trop parait-il. Pas faite pour cela, faite pour rien du tout. Tu veux que j'argumente ? Et bien c'est non d'office. Même pas le mot de passe. Faire sa vie en solitaire, y rêver douceuresement et dans le vent. Pour le plus grand bonheur des passants qui matent.  J'y aurai juste cru.
Allez, sans rancune ?

Fuck yourself.

Samedi 19 août 2006 à 0:32


Que tout le monde pense ce qu'il veut. Je m'en contrebranle. Cache.
Je n'y arriverai pas plus.

Je vous emmerde.
Et je fais ce que je veux !

Vendredi 18 août 2006 à 13:50


Non, ils ne peuvent pas savoir. Et il ne sauront pas, ça me regarde !
Ils ne pourront plus. Et puis quoi encore ? C'est ma vie !
AHHAHAHA. Je me gausse, cache mon jeu.
Et bien non. Je ne leur dirai plus rien à ce niveau-là, laisse couler, cons sont cons.
Ne pas s'y fier, ne rien écouter, ma vie continue.
J'en reste là. Espérons que je tienne... Volonté RULES ...
Pourquoi tout leur dire ? Ne pas leur dire.
Ne pas réfléchir intensément.
Bercée par tout ce qu'il y a entre les deux oreilles. Si quelque chose, il y a.
Tout. (Vomi indigeste et laxa)

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

Créer un podcast