sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Vendredi 18 août 2006 à 11:38


Vraiment pathologique, pas trop logique non plus. Savoir, vouloir, ne pas vouloir, ne plus pouvpoir. Légère, virevoltant comme un papillon qui découvre une liberté nouvelle, assumer les formes. Androgynes, robots. Troncs. 15 minutes. Dès le réveil. Prendre les mensurations toutes les deux semAines. Ce soir, re-programme du mardi, re-insister sur les cuisses, la marche les fait diminuer. Des seins qui se veulent plus respectables, soutifs plus remplis.

"Ni trop grosse, ni trop maigre. Tu es normal c'est bien"
Va te faire foutre, ne veux pas de ta normalité, connasse. Garde tes faux compliments et arrête de bouffer des conneries pour te plaindre de ta graisse encombrante. M'en tape de ta vie de beauf'.

S'envoler. Jusqu'au bout des os. Epaules décharnées. Squelette ambulant. Quête invisible. Même pas pour l'admiration, il n'y en a pas. Ni pour leur pitié, infinie. Pour la transparence, qu'on ne me regarde même pas, qu'on évite mon regard, qu'on soit dégouté de me voir. Sorte  de pitié moche quand même. Inatteignable, inaccessible. Vous verrez peu(h) !

Dictature de l'image et de l'obsession. Si courant finalement. Le fléau d ece siècle, le renvoi. La froisse, c'est con mais c'est comme ça. On y peut quoi, pas d eretour ne arrière. Même les vieilles ! Des coups de pelle, des coups d emorts. Ca pue la mort. Résultats à long terme ? Des tunes pour les psy. Ne peut pas guérir si on 'est pas malade au fond.
Non pas du tout, je me porte à merveille. Merci beaucoup, mais ca va !
"Ne pas soulager ses pensées" Grosse vache
Plus le soir, ne veux plus de ça.

Pain avec la Puce. Dormage. RDV place du gros bonhomme. Espère ne pas voir le connard de merde. Salopard !

Jeudi 17 août 2006 à 18:58


Ne pas culpabiliser. Se poser les bonnes questions. Plus que le nécessaire pour le métabolisme de base. Craquages encore. Orgie de pain. 2 chocolats chauds. Tomates à midi. 15 minutes de travail musculaire. Se dire qu'on est normale. Norme... Quelle norme ? Les miennes ? Avec tout ce que cela engendre. Juste se rassurer, masi savoir. Echec cuisant.
Demain, journée à coupure, 4h25 le matin, 4h l'après-midi. Fumer vanille et chocolat pendant une heure, lire en solo. Se retenir et parvenir à ses faims. Mouhaha !
5 en un mois, garder le même. Etre une pro-ana sans le vouloir réellement. Première nature. Vouloir rester maigre. Bête en soi. Fléau moderne. oui, complétement ladame. J'assume.
Je les aurai.

Lundi 14 août 2006 à 12:00


Jeûne à Durée Indéterminée. Bouffer des fruits et des légumes pour dire qu'on mange, sans devoir se justifier,  ne pas dépasser le seuil de 200 calories. Ne plus s'attacher à d'autres chiffres. Poids le jour du RVD avec la gynéco. Un bon mois. Voir si l'on est capable finalement. Sûre de ne pas tenir mais que c'est bon quand même.
Arrangements avec France Télécom, dossier de réclamations, remboursement sur la prochaine facture et même celle d'après.  


Pas faim, pas faim, pas faim, pas faim.
Ne pas engrosser des vaches obèses.


Pas de nouvelle du lycée, rentrée quand ? Pré-rentrée ? Inconnues au bataillon. Classe de filles, torture de deux ans. Faire tâche mais pas que des poufs encore heureux, classe de filles, rester seule, bosser comme une tarée et toutes les dominer, passer peut-être pour l'intello du coin et l'associale en mal de B mais se foutre de leur regard de mijorée qui sont déjà parfaite. Rien à prouver à personne. Accro au taf, perfection physique, musicale et voilà. Plus d'excuses, pouvoir leur crier, le crier au monde entier. J'ai réussi et je vous emmerde !

14 jours encore, environ 90 heures à passer là-bas, puis fini jusqu'aux prochaines vacances. Aujourd'hui 7h. Tenir, ça devient chiant cette rengaine à la chiotte. Et avec le sourire ? SBAM+ de merde et tutti quanti. Putain de merde, peut-être même refuser leur fric de prostitution mentale. Voir après. Penser à son avenir propre pour l'instant. Futur proche motivant espérons. Parait que la vie est rose. Vive les poufs alors.

Dimanche 13 août 2006 à 12:38



QUOI ? QUOI ? ENCORE ?
Prendre forme.
Tenir, tenir.  Je ne sais plus. Plus rien.
Le pacte avec la mort. 15 minutes. Devenir ce que nous voulons être. Rien, rien, rien.
Ne pas. Ne pas. Difficile.

Vendredi 11 août 2006 à 11:37


Pas le droit de toucher à l'herbe, que pour nous, exclusivement pour nous, nous, NOUS ! Ok et bah va chier, j'y retouche plus. Soirée, défoncée. Gentilles, loin d'être bêtes, mais à la longue, Fatima vraiment incompréhensive, Marie plus comme moi, partie de cet engrenage. Ne supporte vraiment pas les filles, commençaient un peu à me saouler. Ne fais pas d'efforts, ne cherche pas à me faire aimée, ni connaître.  Mais vraiment, rhaaa ! S'arrêter aux cailloux pour les autres, après les gribouXX chéris et idolâtrés. Ne pas essayer de tisser des liens, mauvais vraiment.
Midi : tomates disparue au fond. 4 heures : deux chocolats chauds. Soir : quiche lorraine (trois huitièmes), tomates  (deux fois), tarte aux pommes (une demi), pain (150 grammes).  Ne gère plus rien dans la normalité. Ne pas céder sur les laitages, madeleines, barres chocolactées, mie de pain, saucisson sec. Entre autres.  
Basse trop passive, ne cherche plus, ne progresse plus. Deviens une grosse merde. Suis.

Un corps de rêve en 15 minutes par jour. Vais vous niquer. Je veux froler l'inaptitude. Malade dans une enveloppe pas fraîche. Pourrie et sale. La dénuder de toute impûreté, de tout pli graisseux. Se sentir mal dans cette chose si matérielle qui porte mon âme. Reflet de ce que je suis. Rien, vide, sèche, jaune, molle. Juste une personnication 3D de l'esprit, qui cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite cogite ... Pas une minutes de repos, penser penser penser penser penser penser penser ... A chaque instant. Chaque remise en question, chaque question, chaque réponse, existentielle. Abrite de nombreuses inutilités futiles. Se venger sur l'ingrate chaire charnelle qui doit te composer. Oui, c'est le corps qui prend tout. Tout. Le supprimer, devenir encore plus transparente, que l'on ne s'intéresse pas à moi. Qui le voudrait, arrêtez s'il vous plait. Choisir une vie sans complexité, ni complexe, sans adipeuse texture. Se forcer à croire que ce n'est pas compliqué. Voudrais vivre sans cela, vivre au jour le jour, si simplement,comme mes clameurs peuvent le crier. Facile à dire, d'être consciente. N'y arrive pas.  A cause d'un chromosome ? C'est si difficile d'y croire. Obnubilée juste par une chose, tout voir par rapport à cela, appréhensions certaines et constantes de manger. Ne pas nourrir cette organisme d'imbécilités vitales. Soutenue moralement et sans comprendre par Gribougnoute pour s'en sortir dans l'autre sens. Unie avec, aidée par Mimi-Cherry, soeur idéale. Etre deux, seul moyen trouvé, seul existant ici pour accéder à. Nos rêves soumis à et détruits par la réalité. Mais. Nous serons ce que nous voulons être. Nous le serons !

Putain Cherry,
reviens,
surmotivée  mais craquages.
Craquages.
Je suis perdue,
je n'arrive plus à rien.
Me manques.
Me fais tenir.
 

On est deux,
encore heureux.  


<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | Page suivante >>

Créer un podcast