sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Samedi 14 octobre 2006 à 17:39


Je lui montrerai. Tout gacher sauf. Toujours tout casser. Ignoble petit hobbit.

"- Hey, je t'appelle pour savoir si je viens te chercher
- Non, merci. Mais je vais pas venir.
- Bah ok, parce euh... Sinon ca va ?
- Tu pars vers quelle heure ?
- 4h et demi.
- Ok
- Et sinon, vous allez bien ?
- Non.
- Ah !
- Je crois qu'un plan de restructuration va être mis en place
- Ce sont des choses qui arrivent. 
- Ouais ... (voix éteinte plein d'explosion)
- Ca doit être la saison. Bah bon courage alors, hein...
- Ouais Merci Simon, bon concert.
- Tcho "
Durée 48 secondes.

Faut pas se mettre dans des état comme ca, t'y es pour rien ...
Y'a trop d'trucs qui influent sur les sentiments ...
Toute facon, si tu m'aimes plus c'est pas la peine de rester et de te forcer...
Si tu m'aimes plus, ca te fera rien que je souffre...
Faudrait que tu partes une semaine pdt les vacances, et tu réfléchis, tu vois si je te manque...
Ca fait deux semaines que ca va plus du tout...
C'est comme ça et puis c'est tout...
Je peux attendre des années...
Par contre, tu te mets qd à la basse ? Parce que mon groupe c'est la seul chose qui me reste si tu pars. Je veux pas que tu pourrisse mon groupe...
Je serai suffisamment assez con pour te reprendre si tu revenais...

Delphine, c'est une tartine à l'huile. Crises.
Rien dire, rien qui sort. Peur, peur, peur. Vide. Simon qui est toujours d'accord, pas habituel, sent les choses venir. Marre. Juste larmeux.
Même le piano.
Seras quand même fier. Je ne te pourrirai pas toute ta vie...

On est tous dans la merde. La même.
Cherryyyyyyyy. J'ai BESOIN de toi.

Mercredi 11 octobre 2006 à 20:02


Je crois que je comprends tout. TOUT. TOUT. TOUT. TOUT. TOUT.
Et ça fait mal.

En fait, j'ai pas de coeur, Cherry. Sûrement encore plus égoïste. Melting pot de merde interne. Internée, c'est sûr. Besoin de parler, de parler, de faire du mal, de se faire du mal. Peut-être tout simplement que. Besoin de réfléchir, de tout mettre en pause, de vivre seule et faire le point, une auto-thérapie.
Pro-ana, il faut l'avouer, ouais, c'est comme ça, c'est dommage, dégueulasse, mais comme ça. Sommes. Bizarre, vraiment des soeurs. Vraiment épatant ce fait d'âtre parallèle.
Non, j'y avais déjà pensé. Lacher les deux, partir  seule sur Chambray, seule. Et faire le vide dans sa consciente, se refaire une nouvelle, nouvelle, nouvelle peau. Voir si fumer change la vision. Que dalle, va te faire foutre Connasse. Ca change que dalle ! Même vision, même pas de baume au coeur, pas de fou-rire, juste envie de chialer. Rien n'évolue, le pet n'éclaire rien et j'ai l'impression que tout lâcher pour se consacrer à MOI, MOI, MOI. EGOEGOEGOGEOEGOEGOGEOEGOEGOEGOGEOEGO. Prendre le temps de revenir sur des mauvaises décisions. S'occuper de soi. SOI. Tu te rends compte.

Réveil, 5 minutes après, cours, bossage de cours à midi, ou piscine, cours, bossage de cours, bossage de musique, lecture, psychotage, fumage, dormage ou concert avec buvage de coup. Voir les cailloux. Tripper avec ses nouveaux potes déjantés, ne plus se connecter, téléphoner, ne plus manger, bosser, exceller, rester devant ce but.

Retourner un tantinet dans le passé en voyant les gens du squat qui ne m'oublieront donc jamais ! Mais putain  les mecs, on se voit qu'une fois par an, vous pouvez pas me laisser ? J'ai des ex hors paire, putain de bordel de pute. Et dire que... Putain, je les emmerde. Ca fera ce jour-là 3 ans. Trois ans ! Mais putain, Dieu que c'ets bon l'auto-destruction. Peux plus vomir. Pacte de merde. Mais, mais, mais... Putain, pas pour moi ce truc. Ca n'arrange pas. Rien. Baby, j'ai grossi comme une vache. Même les mains sur le clavier. Dégouttée. Pro. Nous sommes, nous serons. Me sens renfermer dans moi. Peux plus rien dire, plus rien dire. Plus rien ne sort. Crever de haine. Haine, hargne. Me rabat sur le shit. Bonne solution.
Quoi ? Fais pa chier, je le sais. C'est pas une solution. Parce que ca empêche juste de penser. Anesthésie local. Lobotomie. Paroxysme du vide. Bouh, peux plus vomir, pas préparée psycho à ce sevrage de merde. Juste pour lui, moi j'men fous. Juste par défi. Je suis encore plsu conne. Sais même plus comment faire. Vais faire le bracelet de la mort qui tue. Ca m'aidera à l'intérieur un peu.
Rhaaa , verte, dégrisée.
Même la musique, je suis paumée. Je comprends rien et je comprends tout. Dans 3 ans, on va en Angleterre.  Des connectées.

Allez va chier. C'est tout.
Juste que ses monumentals efforts, sa patience. Et mes abus. Pitié qui tend vers l'infini. Voilà, tu veux quoi de plus ? Je vais te le dire, fumer, fumer, jusqu'a l'overdose psychique.
FUCK LOVE.


Puisque c'est ça. C'est ca.
Y'a que toi Cherry.
Certitude absolue, qui mieux qu'une femme peut donner du plaisir a une autre.  Je te baiserai. Suis pas une femme, jamais. Veux me venger de moi. Des étoiles à la place des points. Se piquer à défaut d'héro, à défaut de lame. Même effet. Plus tard, qd on sera grande, on se scrarifiera et on mettra de l'encre dans les plaies. Marquées à vie par nos conneries.  Ouais, ca c'est fun.

VENGEANCE Poupée.
Dis, tu me limeras les poignets à la lime à ongle ? Veux jouer avec un briquet. Veux pas mourir, juste sentir ce pouvoir sur le corps. Plus aucun pouvoir. Juste celui de ne plus penser. C'est bien con hein ?

Dimanche 8 octobre 2006 à 16:43


Voilà. Faut bosser. Pas envie.
3 repas entre vendredi et samedi. Même pas partis, tout lune. Ne plus être soi. J'aime pas. Qu'est ce que je suis ? Hein ?
Vendredi, rencontre d'une folle. Loute au lit. C'est ça, reste dans a mauvaise humeur. Sim's et moi éberlués. Imaginée une cravache à la main avant qu'elle n'ait pu sortir un mot, rien que les fringues. Fétiche, cultivée, pin up et tête sur les épaules. Juste un peu trop, trop... Ouais, une putain de personnalisté. Assumée. Le Smoun qui plaint son mec. Tu m'étonnes. Une fille pour personne. Violente au pieu, c'est une certitude. Enfin, certitude relative. Aime trop avoir raison et commander. Juge selon le look. Aime pas les skin, vraiment chelou comme fille. Mais plutot trippante. Vraiment amusante et intéressante. Féministe pas paradoxale. Différente bien bourrée. Pauvre garçon...

Même pas défoncée, ai pianoté, bu un sirop de banane et un monaco. Pensé à lui. Trahison que de ne pas le boire avec. Mais penser. M'en fous en fait. Obligée de boire ca. Pauvre présence mais un rappel minuscule dont j'ai besoin. Faire jouer l'imagination. Je veux du choc 24/24.

Papotage rapide avec le batteur pendant le démontage de la batterie avant la répét. Biloute qui cherche son son à la cave.
" - Ah, y'a une alim' sur les table de mix ? Je savais pô !
- Ouaip ! Et ca fait gueuler Noute quand y'a l'Asticot qui l'oublie dans la bagnole ...
- Bah ouais, d'ailleurs il commence sérieusement à me saouler à jamais être content.
- Je comprends, ca sert à rien de gueuler toute facon.
- Ui, puis j'ai fait des efforts
- Hum, et puis qd t'es tête en l'air tu peux pas changer du jour au lendemain. C'est un travail d'attention ... Moi, je dis rien mais bon... C'est chiant.
- Ouais, puis ca change rien d'hurler ... Je l'ai prévenu, on en a parlé... Je lui ai dit qu'il valait mieux qu'il prenne sur lui. Parce que j'en ai vraiment marre. Juste le temps qu'il se remette de sa bronchite... Je comrpends qu'il soit stressé par la fac, mais bon, je suis pas un défouloir.
- Je comprends que c'est pas une vie non plus. Surtout que c'est inutile de crier. Enfin je ne sais pas mais ce n'est aps une solution. Je sais pas.
- Tu vois, j'en ai plus de sentiments. Même si ca se travaille... Mais j'ai plus envie. Il a une toute petite chance, ca fait des mois que j'essaie de prendre sur moi et l'énervement se décline sous pleins de formes...
- J'ai cru remarqué...  En plus, ca fait deux ans que vous êtes ensemble, c'est pas simple, c'est deja beaucoup. La vie en couple, ca se travaille, faut être patient quoi.
- Oui, et ça me génera pas de partir s'il le faut. Même s'il a fait des efforts. Même si c'ets ptêt une connerie...
- Ptêt ou ptêt pas.
- Ouais, toute facon, j'ai plus envie. J'en deviens indifférente... J'hésiterai pas. Enfin...
On descend ton PC tout de suite pour faire des essais ou on attend ?
- Tout à l'heure quand tout sera installé.
- Ako, danke.
Simon qui voit plus que je le pensais. Et qui voit bien que c'est pas parce que je rigole quand il est là que c'est toujours ma réaction.

Gros trip avec Natha. Les gosses ! Les Dalton. Trip avec la mère du batteur. Se faire les muscles ensemble en descendant tous les samedis les 5 cymbales, la GC, les 4 toms, la DW7000, les 2 over-head et le micro de GC.
"- Pourquoi mon fils n'a til pas joué de la flûte ?
- Pour qu'on fasse de la gym gratuitement :D
- Pas bête ! "
Natha qui a une disto stridente. Les essais peu fructueux. Moi qui gache tout et épuise la patience de Noute. Je t'emmerde mec.
"- Mais concentre-toi...
- En même temps ca fait deux mois qu'elle s'est mise à la basse...
- Ouais enfin..."
Merci Simon. Bah ouais mec, t'as pas d'argument, je débute et c'est ma troisième répét. Trop exigeant ave moi. Pas faute de bosser, connais pas la structure des morceaux et pas assez mes lignes. Oui, mais c'est comme ca. Loute, lama-apprenti-cracheur, ne pas dire de conneries lorsqu'il boit. Natha soliste de ouf. Comme une conne et Loute comme un merdeux a coté. Quoique parfois... Enfin, développement d'une haine envers lui, ne pas m'écouter, suis en partie responsable, m'en veux plus qu'a lui.
Répét un peu trainante a cause des enregistrements et de l'équal un peu plate. Pas du matos de pro non plus. Se démerder avec ce qu'on a et balancer de l'aller-retour jusqu'aux crampes. Dès le premier morceau crampes. CRAMPE CRAMPE CRAMPE. Balancer la douleur dans la basse et s'en foutre. Trop lourde, repas a perdre. Même pas offert a mon pote en céramique. De l'énergie à revendre, de la passion dans le mouvement. La musique, ca sera ma vie. Je ne sais pas comment, mais ca le sera. Défoulement fatal, panard de furieux. Oui, j'aime, je veux, j'exige. Après chaque enregistrement plsu ou moins bien car juste support de travail pour bosser (pour moi :d). Trip final. Tout rejouer. Tempo de fou, musique qui bouge et loute qu'assure pas le solo sur l'instru. Et tu dis que j'ai pas d'oreille ! T'es ouf, tu joues faux. Non pas capable de te montrer ce qui est faux, car je ne joue pas de gratte. Juste donner son avis. Ne pas éclater, juste bien abimer son médiator jaune, mon préféré... Et devoir en racheter un. Médiator magique dont les bouts tombent... Trop rapide.

Puis rangage de la batterie toute seule sauf GC, assure pas mal au niveau de l'investissement perso. Veux que ce groupe soit mondialement connu. Veux que des pseudo ponque se remue les cotes sur du Bouge, Lycée Merdier, Intello ou Un Peu de Sérieux voire même Noname. Ce morceau s'appelle à tarte. C'est le punk qui l'a dit.
Après rangeage, esquive du repas, Loute trop balade. Bouffer devant la télé en regardant un thriller qui fait même pas peur. Moi qui flippe ma race et qui cauchemarde. Toujours, toujours, toujours. Pourtant pas grand chose de gore, juste des paupières découpées. La fille de Matrix. Matin, réécoute des morceau et rajouter de la compression. Plus de présence et encore. Mais pas top compressé. Pas les versions finales sur ma clé. Pas grave. De photos prise par moi pendant un boeuf de Metallica. Les aurais tous. Je t'aurai Loute. MOUHAHAHAHA.

Ou comment devenir hargneuse, perdre tout désir malgré les excellentes capacités sexuelles de son mec. Savoir ou ca fait du bien, ne plus vouloir en faire pendant que l'autre se fait a moitié repousser. Non de rien. Nom de rien. Voila. C'est tout. On joue et on perd. Tous les deux. On s'est bien connu, savait ce que l'autre pouvait aimer, atteindre l'extase en 2 secondes ou en 2 heures selon le jeu joué. Perdu. On ne joue plus. Tout est perdu. Mais moi je gagne autre part. Pas mieux, pas pire, différent. Juste différent. Pareil. Ne plus chercher. Tout sera bientot fini. Tout recommencera. Ici ou ailleurs, je m'en fous, je veux juste être libre. N'appartenir à personne. Ne plus avoir de comptes a rendre. Vivre une jeunesse à courir dans les rues la nuit.

L'amour ne dure pas 3 ans. L'amour dure même pas deux ans. L'amour c'est de la connerie. J'y ai cru. 3 fois. Jamais 2 sans 3. Le scepticisme est le meilleur des remèdes. Y croire, mais pas au point de dire de jolies choses. Ne dirais plus rien. Même si je le pense. N'ai plus à penser, n'ai plus qu'a panser.

Comme des grosses envies de dessiner la chaire au couteau. Lames de rasoir. Même plus le courage de vomir. Même plus le courage de taillader. Juste des pensées folles. Libérer ames et corps. Ouais moi je suis une dark. Au moins ca.
My God, my tourniquet, return to me salvation. Sortir et se blinder la gueule a la vodka tous les soirs. Insupportable cafard simiesque. Grosse truie. Reflet mal-aimable avec moi, atteinde le poids de ma ptite soeur.

Aujourd'hui, Paris-Tours. La ville qui se réveille. C'est bien. Bien. De moyens. Ecran de 12 m2, jalouse, veux faire de l'événementiel. Des moyens de fou, des caravanes partout, de la pub, du lobbying, du sponsoring, pleins de notions de culture-pub. Se dire que des marchands de rêves gèrent tout ca. Sauf que le rêve ca ne se marchande pas, ca ne se vendra jamais. Nous prennent pour des cons. Et il y en a qui y croient. On crévera tous. Les médias.

JE LES AURAI TOUS, AU PéRIL DE MA PROPRE VIE.
Crever sous leurs yeux, en silence et en jouissance extrème. Tu comprendras même pas. J'aime l'égoïsme imbu de lui-même que je suis. Pauvre conne.
Salope.

Pas la peine de t'enfuir, il ne se passera rien entre eux.

Besoin de toi. Plus qu'une envie. Partage. Pas juste. Règle mes histoires d'abord. Les jeux sont faits. Amen. Plus de choix a faire, décisions prises. Ne ris pas trop non plus, je ne suis pas la plus staisfaite, et il faut un bon mois pour que tout soit calir net et précis. Sadisme. Voila

Perdue dans ma haine. Il le sent. Il me voit perdue. A bout de mains, il ne me rattrapera pas. Tu ne me rattraperas pas. Je suis conne ma parole. Ptêt que c'était l'homme de ma vie. Si ca existe... Donc non. Dommage. Beau gosse, beau cul. En phase. Mais juste un instant. J'avais vu juste, me suis aveuglé. Tant pis pour moi. Ne crois plus.

Oui Cherry, je suis aussi schizo... C'est le but du blog. Et je ne justifierai pas. On sera des vraies amoureuses. Roulage de pelle et plus si affinités. Mourir de nos conneries et en rire au paradis.

Besoin de toi, te parler. Tu veux de moi ?
MARRE
FUCK LOVE sur ma veste ? Grande question.

Mardi 3 octobre 2006 à 20:04

246 euros par l'Etat, les impôts m'envoient des tunes. Mouahah. Merci. Cherry, mon week-end, c'était un vrai. Un vrai et bon qui résonne dans le coeur, tu vois.

Oui, vendredi, magique, planant, fumage, il m'en faut peu, et c'est tant mieux. Des idées et des suggestions pleins la tête. Toujours me taire pour les choses intelligentes ou pas trop bête, je suis pas logique. Envie de lacher ses doigts sur un clavier et partir loin, pieds sur terre, tête en l'air. Taire ses envies. Fantasme réalisable. Proposition acceptée. Sentiment toujours d'incruste, mais là l'envie la détruit. Faudrait que ca marche pour tout...
Tu te connectes toujours au bon moment...
Samedi, répét'. Baise et partouze avec nos instruments. Partie à Trois, mais partie pour de bon dans une violence qui fait du bien. Celle que je veux. La musique est ma vie, c'est décidé. Un jour, on le verra. (doigts gelé, galère) La basse qui me prend, moi qui la tient, bien comme il faut. Nous nous prenons à nous entrelacer.
Dimanche, un dimanche sous le signe de l'. Chateau Ambulant, pas tout vu. Trop obnubilée. Parvenir à de belles fins. Avoir confiance, j'ai. Idéologie parfaite. Ne pas bloquer. Ne pas bloquer. C'est pas facile de se laisser aller. Voilà.
Le smots sont traîtres. Ils ne disent rien de vrai. Du bonheur palpabe à l'état pur. De la beauté calmoniale de la vie et de ses addictions. Et s'y sentir bien. Croire en des rêves tantôt oubliés. Revivre un enfance génial dans son imagination. Pourtant s'être détestée nue, ne pas lui montrer mon horreur, lui épargner. Et même pas. S'en contente bien. Comprendrais jamais rien. Boule de graisse. Avoir honte d'être aussi laide pour autant de beauté. Mouais.
Puis TOUT trop dire. Être comme re-morte rienq ue de le dire, sado-masochisme qui fait du bien comme du mal. Puis cacher le tout sous des sourires et des gamineries. Pour unique protection que cette dérision et ce cynisme auto-mesuré.
Voilà, juste envie de disparaître ou de partir. Loin et s'enfuir.

Et puis si toutes les femmes deviennent ce genre de choses, je ne veux pas en devenir une. Je ne veux JAMAIS d'enfants. Others reasons to become skeleton.
Moi je suis déconnectée de la réalité. Je prends un de ces panards ! Ah, j'aime aussi ce côté. Putain ! Quel positivisme finale, ca tient de l'annale ca ! On note ? Malgré une journée de merde. Haaa, j'aime.
Couscous ce soir. Mouhahah. Comme ce samedi de merde à ce niveau. Mouahahha. Bien, bien, voir emême très bien.

Lundi 2 octobre 2006 à 23:17


Juste que je vais m'en rouler un. Trop parler, trop dit. Trop de trop dans cette histoire. Trop bouffer. J'avais pleins de choses à écrire. Vidée. Ivre-Vivre, ça ne tient qu'a un "V". T'as raison. Depuis toujours.
Un jour, je serai observatrice, pas trop bavarde et bien comme il faut. Demain j'écrirai. Dossiers de merde. Rien foutu encore.

Espoir de paix dans le proche ou-rien.
Juste un grand merci. Se cacher à tout jamais en soi. Abysses délicates. M'en veux. Suis con. Aurais pas dû. Je suis vraiment con. Désolée. Tiens à. Vraiment. Pas de quoi. Morte une autre fois. Une autre fois. Pas, pas, pas, pas, pas ...

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast