sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Vendredi 23 mars 2007 à 1:31



Et Dieu créa le plus grand mystère de tous les temps, et Dieu créa la femme.
Ciao Baby. Ah oui, ça c'est facile.

Mercredi 21 mars 2007 à 23:52




BOOOOOUUUUUUUHHH, return to me salvation, comme elle dirait l'autre conne.
Comprends plus rien à rien, me sens conne, grosse, mincit, lâche et suicidaire. Des vieilles crises d'angoisse et des interrogations à chaque intervention. Marre de ce cadeau pourri. 5 mois, c'est la durée de jeûne maximale acceptée par l'organisme. 5 mois pour vivre. Ne plus me prendre la gueule pendant 5 mois et vivre. Moui. J'aime pas la vie. Mais non, ne pas faire de leçons aux autres pour ne pas appliquer ces conseils a la con qu'on donne pour faire genre : ouais moi je suis psychologue, j'te vois bien psy, ca fait du bien de parler avec toi, tu comprends. Gneuh bande de cons, toute douleur est universelle.

Pas de nouvelle, bonne nouvelle, crêve. Qu'on ne me fasse pas croire des conneries. Soliste. Solo de merde, part en vrille, sucette, avale connasse. Me sens mourir du plus profond de moi. Plus de graisse est le but final. Plus rien a bouffer dans les lacard hormis riz, maïs et soupe et court bouillon. Crever la dalle, rien de mieux pour sentir chaque articulation craquer et ses muscles fondre comme de la neige au soleil. Tout faire pour devenir os et transparente, jaune. Disparaître visuellement du paysage féminin pour pouvoir laisser le loisir aux autres minettes de mater ce torse. Allez-y. Je ne vous le prête pas, il se prêtra s'il veut, m'en branle (PAS). On s'en fout de ton avis Salope. Je susi beau et je ne m'accepte pas, mais ou tu vas chercher tout ca ???? Incrédule, marre de toutes ces balivernes, le pouvoir du cul et de l'apparence on trompe bien son monde avec un corps. Me contrebranle de vous plaire, je vous plais ? Veux me plaire à moi. C'ets pourtant simple. Et peut-être impossible. Tu as sous-entendu qu'il fallait que je me fasse suivre ? Folle, folle , folle de toi, folle de lui, folle tout court. Je m'insupporte, rhaaaaaaaaa ! Ah my God, kill her and let's go to stop all this mess !! Fourty-three, it's better !

Ras le bol de ces putains de pensées. Lunatique, lune à tiques, encore et toujours, répétitions a rallonges. Le ciel est couvert, sortez les para-tonerres, pétages de câbles en live, faire peur à ses petites camarades, sentir qu'on est remontée et faire comprendre sa propre haine envers l'entourage qui se désiste peu à peu. Vous avez peur ? Moi aussi. SCHIZO.

TA GUUEEEEEEEEEEEUUUUULLLLEEE !

Mouais, le mot de la journée avec pioncer. Au moins, il co-existe un gribou, quelque part sur cette Terre assombrie, ca fait du bien. Pourquoi ne crois-je plus en ESTO ? Rikku qui use de l'auto-mutilation... Et bien vas-y gars, je ne dirai jamais d'arrêter ce genre de plaisir. C'estpas ce que tu voulais entendre ? Tu voulais que j t'empêche de faire joujou avec des lames ? Raté, moi aussi, j'aimerai, je cache tout pour éviter le pire. Ne pas manger, ne pas couper, ne pas gerber, ne rien faire. Juste vider ses trip(pe)s et son ennui dans la musique et PIAF !!

HAHA, je me poile. A (f)rire !

Dimanche 18 mars 2007 à 23:00




Loute a un baffle de stars violettes. Sa voix. L'air content. Gribou attendri. Gneuh.
Soit j'ai oublié de répondre à son mail, soit ma best jumelle m'oublie. Seconde possibilité envisageable. Dernière crise jusqu'en 17, on y croit ? MOTIVATION. Lire un tas de bouquins pour y arriver. Le glas de la fin a bientôt sonné. Celui de la faim aussi. Avril approche et toujours pas de stage, rien fait encore, se bouger le fion. Une forme de suicide lent et douloureux a-t'il dit. Moui, peut-être. Ou pas. Camille, Justine, et les autres. Allez vous faire foutre, je vous déteste. Kaedrinn. Se sentir un peu nulle, inaudible, hésitations. Tout gâcher et rester impassible, impossible de faire machine arrière. Ne me rends pas compte que je joue chaque jour mon avenir et que cela ne peut plus durer ainsi. Il faut avancer à grands pas. PERFECTION, I'M COMINGNEUH. Reprendre confiance en soi, penser sain, sein, frein, fin, faim, restrictions. This is parti. Let's go to the death, I love to play with life. GNEUH. Chanter au clavier, seul pied. Penser cul et le reste du temps, parce qu'incapable de faire autre chose de bien. Et encore.
Eternelle insatisfaite, exigeante et capricieuse. Surtout, se soigner de ces défauts. Une fois dans le plus bas, chercher à trouver des solutions aux compulsions de tout ordre. Voir un psy, hôpital de jour envisageable. Pourquoi avec tant de lucidité, se laisser aller à de telles conneries ? Contradictions qui s'entassent avec mépris. Ne vouloir penser que musique, jouer musique. Je suis malade, certainement. Mais je ne veux de personne. M'aider ou le vouloir serait de la folie, rejet de tout l'extérieur, je me sens escargot.

Scargot-sticot. Je veux être normale, je veux être anormale, je veux rester normale et anormale. La voleuse d'images. Ptêt qu'on y arrivera, ptêt que non. Mourir sera une autre solution. Y penser presque tout le temps. Même avec lui. Pourquoi ne me satisfais pas d'un si grand bonheur ? Lourd corps. Flasque, jaune et éléphantesque. Je suis une lapine. Non non non. Toujours à la négative. Changer de corps et devenir rien. Stress.

J'ai besoin d'aide. Absolutly.
Merci au MimiAnge-Bébé'Ion-CoinCoin, ptêt que s'en rend compte ou pas. Mais là et ça fait du bien. Trop profiter de sa générosité me démollit. Je suis vraiment conne. Et là, sans déconner. Parce que je ne fais plus confiance à personne. Soupçon, intrigue et énigmatique. Pléonasme et questionnement. Je deviens de plus en plus folle. Comprends-moi. Besoin, toujours croissant. Au chocolat. Je me hais. Détestable énergumène, c'est exactement ça, pustule déambulante et misère mentale. Bouffe ton Mister Freeze et avale sans croquer. Mâchoires au travail, endurance réquise et à développer. Enter.

CRY AND DIE, parce que ça fait dark et que j'arrive plus à verser ma la(r)me.
GNEUH, le pouvoir du GNEUH.
Ne fais pas de bétise. [...] Pensage, ne rien faire pour montrer qu'on a noté le mot.

Mardi 13 mars 2007 à 0:33



Parce 6 à faire disparaître. Alors s'autoriser même l'interdit. Oui, pro-mia, pro-ana, c'est du pareil au même. Raté tarée. Bientôt parce que promis à la cerise à l'anis, et retrouver ce  40. 38 c'est pas demander la lune.
Restau de vendredi dans les chiottes, déjà prévu, ne pas se laisser aller à la connerie de tout garder pour faire plaisir. Jamais rien ne reste des rest-eau alors pourquoi ici ? Non, non, non, angoisse de bouffer devant des gens et son regard qui surveille. Anorexique, et mon cul ? Veux pas avoir de famille, la solitude est vraiment apréciable. Contradiction fatale. Ne rien attendre de personne pour ne plus dépendre de quelque chose ou de quelqu'un. Ne rêvons plus. Il est temps de se prendre en main, ce sera l'excès du jour, demain est un autre jour et le riz basmati est fuyant comme les lignes.
Gnougnou, tu l'as dis, comme tu me manques, que j'aimerai baiser une fille. Pour voir et pour savoir. Chienne ou pas, tu choisis. M'en fous, j'ai plus de dignité depuis longtemps, m'en branle d'être une salope, mon éducation m'a créee ainsi.
Amen.
Glurc. Deviens parano. Jalouse. En vain ? Raisonnable ? Me pose beaucoup de questions. Surtout ne pas profiter à fond des bonheurs qui nous tombent sous la main parce que la chute est souvent mauvaise. Ne croire en rien est un bon credo. Crescendo.

Le 4 avril nous mène par le bout du nez.
Une troupe de fans à l'occasion.
Remarque, les potes, là.

Chaire explosée sur le crépis, j'avais oublié comment c'est bon. Encore ?
Allons gerber dans la prairiiiiiiieuh, le jour de gloire est arrivé !
GNEUH et elle mourut pendue à sa trousse de toilette.
Je suis con et j'aime. Gné !


:)


Le goût de la bile tevenu. Ne pas stabiliser la connerie, y'a six mois, les données étaient différentes, les chiffres meilleurs. S'accrocher à ces putains de chiffres... Basse vite fait, gratte vite fait et piano vite fait. Tout touhcer et mal. Juste effleurer, ni technique, ni logique, ni maîtrise.
Être translucide musicalement autant que dans la vraie vie. Invisibilité tant demandée, en profiter. Peur de vendredi. Peur, peur, peur. Zagrouhht !
Réécouter Sonata. Long time. Vouloir pouvoir écrire une merde solide. Genre obus. J'aime pas les plats qui finissent en -iflette. Ca tue les stoma. Mui. Mode bof activé. On avance on ne sait ou, mais on ne recule pas. C'est déjà ça. Vouloir y croire. Se métamorphoser en truc d'avant. Pour faire peur et envie, pitié et attirer.

DORMIR. ce rat. une bonne idée. Lubrique. NON
Bloupigoulba. Tu y crois Cherry, quand je te dis qu'il faut m'enfermer. Sans sonde. Juste des Ondes, Corrosives, ça aurait pû le faire. J'aimerai le voir encore, histoire de tripper et de ne pas conjuguer tous les verbes du plaisir de cette forme au passé de l'anté-.
A toi de voir, me diras-tu...

Dimanche 11 mars 2007 à 23:05



Ah ouais ? D'accord. Bon, je remets en cause des conditions qui ne devraient pas l'être.
Ma mère qui suit ma vie internetienne. Maman si tu lis ça, je t'aime mais voilà, ça me regarde. Ces blogs ne sont que des dépotoirs de pensées violentes retranscrites ou brutes. Non mais oh !. Que je sois dépressive.
Voir Gwen à poil. Presque. C'est ça qui m'aura le plus "dérangée", complexe d'infériorité. Encore, encore, encore. Strip UNO Extrème. Mouais, pas mal, mais bon, complexe, comme chacun.
Déçue par le poupon. Abandonnée dans la jungle humaine et urbaine, dans les soubresaut d'une société aussi malade que moi. Et jouer encore au psy. Encore ? Se voir déçu et lui comme d'hab. Nihilisme reprenant toujours le dessus, accepter l'inacceptable et la connerie à l'état pur. Par contre, rester dans le pro. Pro-ana, pro-mia. (J'"aie" le doigts qui me lance, trop mal) Vomir si besoin. Studio. Encouragements et compréhension, ne rien demander de plus. Pas pro-destructeur, pro-soulagement.
Il a trouvé le truc. J'adore autant que j'abhorre. Puissant, destabilisant. L'impression d'être sale. Pute.  Programme mis a jour, en place. Plus les tunes pour ce genre de conneries de toute façon.  A partir de demain. Bien tout faire, travailler, voir Coin, bosser, ranger, s'occuper, progresser. En tout. Exceller parce que notre société ne permet plus rien d'autre.  Plus le choix. Tenir pendant un mois. Juste le week-end et encore. C'est cela. Mais encore ? Faire les croix et les bonhommes et se remettre à gribouiller pour être comme elle. Jalousie excessive, pas confiance. Sûre de ce qu'il se passe. Douteux et ambigüe. Nouée. Sûrement juste par la baise. Sécurité. Encore paumée peut-être, choisir est difficile. C'est déjà fait me dira t-on. Rat Lubrique. Suis-je vraiment lu ? Non, c'est une illusion. Dîtes moi que non. Que oui. Horreur que de tenir quelqu'un par son plaisir, n'espère pas que ça puisse l'être. Aller ailleurs, vaudrait mieux pas que je l'apprenne. Plan bi en vue sinon. Parce qu'un cul, ça fait toujours de l'effet, se rattacher à ça. Menue ? Et mon cul. Bande de rats (lubriques), se foutre de ma gueule comme ça. Les bas qui font leur effet. Et fée. Je voudrais voir quelqu'un avec mon corps. Histoire de voir sans savoir. Marre de l'hypocrisie. Disparaître. Idée bizarre et pêt qui fait son effet, en passer au batteur parce qu'en manque. Puis plus rien à fumer. Je suis sérieuse... Sceptique, estomaquée et perplexe. C'est juste pour toi. Et même possessive.

En attendant, Kaedrinn.
Reprendre espoir et son souffle.
Bosser.


<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast