J'ai comme envie de dire : "bon arrête tes conneries, ça va courir à [une] perte"
Je dis ce que je veux, et pense ce que je veux aussi. Qu'on me fasse pas chier, j'ai pas la patience de sourire depuis une semaine comme une hypocrite folle, alors que j'ai tous autant envie de les buter que moi de disparaître dans les fins fonds d'un maraicage plein de sable mouvant. Ouais. Pourquoi, gnagnagna. Ce que je pense me regarde. ME regarde, ne regarde que MOI. Mon habituelle égoïsme et égocentrism(t)e prend le dessus. Franchement, la vie, qu'est ce qu'on en a a battre. On va tous crever, on va tous crever, c'est la fin du monde et nous on fait la fêteuh.... Ouaich. Ca sent le mytho à plein nez. Comme si ça ne se voyait pas. Je te connais très peu, mais suffisamment. Mais que dire à ça ? Sixième sens, un truc féminin ? Ne nous foutons pas de notre propre gueule. Parce queuh. Les larme montent aussi vite qu'une éjaculation précoce. Une pause baise. On y revient. Ma chère parano, à la ligne. Ne va pas croire que je te hais, mais j'en ai rahahahahaas le bol de te voir ici. Pourrez-tu, s'il te plait, filer avant que ce soit moi qui le fasse ? A la ligne. Merci d'avance, cordiale[ment]. A la ligne.Monster. A la ligne, signature. Le voir se faire chier d'une force incommensurable. Il y a bien des choses que je NE DOIS PAS savoir.  Demande à Chose MAchin. Aucune preuve. Allez, avoue, tu te fais chier et ca change pas grand chose. Il l'a dit le Zizi. Commence à regretter cette époque du vieux Tours, bourré, concert, trip basse batterie, basse guitare, pet, concert. Ponctué d'auchan, auchan, auchan. Mais pas trop. Avec le temps, je me dis, que j'ai ce putain de don. Instabilité. Bordeline. Ca me fait gerber. Je me fais gerber. Brassart s'effondre avec tout ce qu'on peut vouloir. Se dire qu'il vaut mieux que pas. Foutaises. Je me demande comment je fais. Arrête de jouer ton jeu. JE T'EN SUPPLIE. Lover. C'est la même chose, féminin, masculin. Comme envie de mettre un point final à ce putain de post.
Trop de choses à dire, ca veut Plus sortir. Putain de Marivaux. Come back, please. Nan, j'bad trop. Dis moi comment on fait. Dis moi. J'ai pas le droit ? J'crois que j'ai juste besoin d'aide. Vivement le 11, vivement la rentré, vivement juin, vivement septembre, vivement dans 50 ans. Qu'on en finisse joyeusement en collant ma bouche avec du sparadrap.
Papa !!!! Hey DAD !  Mais coment j'aimerai qu'il soit là lui. Se ressourcer auprès de quelqu'un dont l'amour est épaternel. Ils me manquent. Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa.
Le comment a laissé la place au pourquoi. J'ai pas envie de devenir un diplodocus femelle comme Sleich. Je suis. Tous ca va changer. J'en ai marre de me retenir de vomir, de hurler, de chialer, de rigoler bêtement, de fumer malproprement. Reinvestissons. T'facon, j'arrive plus à faire semblant. Etre heureux, ca dure jamais bien longtemps avec un cerveau comme le mien. GROUUUUUU.Heureusement qu'Il est là. Et Gwen aussi. Un bon jeudi, comme il faut, seule bonne journée. Ouais.
J'voudrai hurler à la mort. FUCK