sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Lundi 14 avril 2008 à 13:54



Je ne sais pas si je suis contente ou pas d'aller à Paris. J'ai envie d'être seule. Terriblement. C'est pas général, c'est maintenant. Je remarque que je n'ai pas d'ami. Ca fait mal. Au plus profond. Ils partent. Je suis transparente. Je pourrais mourir demain, personne ne le remarquerait avant quelques semaines. J'y pense souvent. A ça. A une éventuelle fin. Parce que voir le bout est salvateur. J'ai l'impression de perdre. Du temps, lui, moi, nous, des cellules. Je voudrais perdre. Du sang. Y'a des jours comme ça où j'ai pas envie. Tout ce que je veux, c'est la fin. Un beau n'est pas laid. HA. Ris petite garce. Je meurs. Antigonesque. AHAHA. Je dis des stupidités stupides et que dire. Des stupidités stupides. Je perds pied. Non j'assume plus. Je prédis une fin lente et douloureuse. Cassée disait Nolwenn aux belges. Non, j'ai rien contre les belges. Je me sens d'humour gothique. Je sens. J'ai mal aux deux cartilages. Je la hais et je l'aime. Je les perds. Putain de Marivaux. Ce temps si précieux. Chambray m'a tout fait. Il m'a tout fait. Rayé d'une croix. Rayé tout court. J'ai plus le cran de le faire autre part. J'ai plus que dalle. En espérant se re-faire une peau. Genre. Jouer la p'tite bourgeoise dans une école d'art. Même pas cap. Et j'attends leur putain de recommandé. Fais chier la bite. Et restons. Cassé. J'ai pas envie de rester comme ça. J'étouffe. Bordel de merde. J'aimerai crier. Je n'ai plus aucune patience. Plus aucune truc. J'ai plus de vocabulaire. Et ouaich, la com-si, la com-la. Tu crois que ça me plait ? TU CROIS QUE CA ME PLAIT ? Ils sont si loins. Ils me manquent. J'ai quoi ici ? Allez, remiment, régiment. Plus ailleurs, plus froid, plus chaud. Plus conne. Tu comprends donc pas ? J'ai besoin d'être guidée et d'initiative. Ouais. Ces rêves sont de plus en plus choquants. Glauques et redondants. Eteins juste la lumière en partant.



Vendredi 4 avril 2008 à 3:01




Ca se voit dans ses yeux. Il ne reste que quelques jours : vendredi, puis lundi, puis mardi, mercredi, jeudi et re-vendredi. Et on finit par un dernier lunid-mardi-mercredi. Soumission. Et l'école est fini. Sainte Marguerite, the end of this band. J'écoute Sonata Arctica en boucle. Je bande rien qu'en entendant sa voix. Nouveau tee-shirt. Crade HAHA ! J'kiffe jouer avec la peinture sur le tissu. Faire du n'imp avec un tee-shirt tout droit descendu de Pétasseland. Mouarf. Je respire enfin, de savoir que c'est la fin. Accro est.
Aujourd'hui, j'ai fait un gateau au chocolat "vite teuf" : 200 gr de chocolat patissier fondu, 125 gr de beurre fondu (demi-sel), 250 gr de sucre, 80 gr de farine, 4 oeufs, un sachet de levure, 10 cl de lait. Le tout 8 minutes au micro-onde. Et miam. Une seule part. Même pas de boulimie. Une petite part. Un douzième. Le chocolat m'écoeure. Avec Pâques, les Kinder Bueno White. Beurk. Ca me dégoûte, j'avais envie de gerber. Et envie de faire un gâteau.
Aujourd'hui, j'ai mangé 220 gr de haricots verts avec une vinaigrette moutarde-sel-poivre-huile-vinaigre-persil très vinaigrée. Et quatre tranches de jambon xD deux ou trois. Un menthe-thé avec deux sucres, trois verres mégavitaminés en C, une barre céréalière et une part de gateau au chocolat. Grave. Gravissimo. C'est en fait très simple de retomber dans la merde. L'estomac suit le rythme. Il digère, évacue. Dans la plus grande normalité, pour mon plus grand bonheur. Le bonheur de chier. C'est ptêt cru, certes. Mais ne pas se sentir ballonnée, une sensation neuve de quelques mois. Le genre de truc qui met du temps à revenir. Beaucoup de temps. Ou au moins suffisamment pour que ce soit appréciable de faire des sudoku sur la place de la reine. En se disant que non, les doigts ne participeront plus à la simulation. Ou presque. Mais Dieu que c'est bon. L'euphorie du mal de bide. L'euphorie d'être une conne. Même pas un seul petit gramme de perdu. Mais ça, j'm'en fous. La balance peut dire ce qu'elle veut. C'est juste la pelle. Le trou, le creux. L'amertume.
J'ai plus de tabac à force de dépanner des clopes à tout le monde. Non, je ne taxe pas. Avant je ne fumais que les clopes qu'on m'offrait. Maintenant, je ne fume que les miennes. Je ne fume que ce que j'ai ou rien du tout. A moins d'une belle proposition.
Je dis de la merde. J'ai pas bu, trop fumé ce soir. J'apprécie de créer même si c'est moche. J'apprécie d'être auprès de mon OO. Il me donne faim. Le voir, c'est guérir de beaucoup de mal. Je me sens bien avec lui. Comme si j'étais belle. Comme si j'avais un peu de valeur, ne serait-ce que pour lui dire qu'il y a quelqu'un. Même si je suis chiante. N'empêche, on rigole bien. Rien de romantique dit comme ça. Ouais, j'm'en fous aussi. C'est de la tendresse dont j'avais besoin. Sa générosité. Et je deviens tellement mièvre. J'me rends compte à ses côtés que j'ai rien dans le crâne. J'aimerais être lui. Lui offrir plus. L'impression d'être une conne, clocharde, mauvaise, chieuse. Mais d'être aimée. Parce que nuancer tout ça. Rha. C'ets chouette l'amour. C'est cool. C'est fun fun fun. Et cet article est pourrave. Mal écrit. Les mots sont bloqués. Faire gaffe au vocabulaire, non. Pas ici. Nulle part et c'est bien dommage. Grosse conne que je suis. Mais bon. Je m'aime. Quand je. Parce que. Et puis merde, brut de coffre. Et j'les latte tous dans les épreuves que j'aime. J'les latte tous quand je veux. Et ils verront. ILS VERRONT. AHAHAH. Je me gausse d'avance. On devient ce que l'on est ? Je serai. Mouarf. Les impressionner avec de la poudre de perlinpinpin. De la poudre aux yeux. Dans les narines, je ne les sens pas. Cette impression de les impressionner. Cette sensation de les sensationner ? Pouah ! Tu rigoles derrière ton écran ? Ouais Delphine, tu es vraiment. Vraiment. Qui suis-je ? Ou vais-je ? Je ne suis plus sure de rien dans mes choix de vie. Mais je tiendrais pour l'amour de l'art. Ca fait genre, ce genre de phrase. Je suis vraiment de bonne humeur ce soir. J'deviens. Je viens. MIEVRERIE quand tu me tiens. Toujours.
Je l'aime, je t'aime. J'aime. So grou. Gruik. And autre grouikitude. Ouistiti mangeur de banane. Ion qui se fait les dents. Mimi. Ne pas se perdre, ni partir avec les inconnus. Qui aime bien, chatie bien. Tu te [...] et tu te mets [...] sur le lit. Sur le dos. Et plein de N. Parce que des vrais gosses. Comme on les aime. Comme on s'aime. C'est beau d'avoir TOTALEMENT confiance. Même si hein, fallait le temps aussi. Esprit de merde qu'est le mien. Beaucoup de blabla, pour ne rien dire, comme d'hab. Travailler le style, ils disent. Depuis la 5ème. Mais moi. EGO.
Oui, je suis fleur bleue, ridicule. N'y faut pas 'rier. Ui. Je suis définitivement de bonne humeur. Malgré lundi et les 2,54. De très bonne humeur messieurs-dame. Enjoy yourself. De plus, pour finir, breakultime-kitkat.fr
YEAH BABY ! L'effet Sonata. Ondes Co, c'était vraiment géniallissime. Les gars, on recommencera un jour tous les trois ou quatre ? Hein ? Woooooooww ! En avant la zicmu !



Mardi 1er avril 2008 à 14:14



Ca ne sert à rien. Calme-toi, tout est fini.
La Rennaise qui se fait des films. Marre de devoir rassurer les gens ou leur courir après, qu'ils croient tous tout ce qu'ils veulent. M'en branle la nouille. J'ai d'autres trucs à penser et j'crois pas à ces conneries. Et j'ai fini le dos nu de la dame en bleu. HAHAHAHA. Photo de merde, je sais. Soyons créatiste, ça nous sauvera ptêt. Scarabée baveux que je suis. Crève.
;(


<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast