sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Samedi 5 décembre 2009 à 20:49




http://sidvicious.cowblog.fr/images/EP2.jpg





Non, je n'existe plus. L'esprit transbahuté, presque métaphysique. J'ai sûrement loupé quelque chose d'inédit. De géant. Le mot clé, coincidence cynique, absurde, en sept lettres. Trouble is back again. Parce que je te regarde en liberté. Volant, envolée. La batterie qui rythme le système sanguin. Ralenti. Comment veux-tu en sortir ? Elle est peut-être à Paris ce week-end. Légèreté perdue. Le retour aux sources qui s'opère. Lentement. Très. Se shooter à la musique, beaucoup plus sain. Besoin de cet état. Léthargie. Le token de mon esprit. Bonjour. 

Mais si tout est vrac, non, ne cherche plus. Le piano me sauvera. Et la guitare, si douce avec ses jolies formes. Fidèles. Il n'est pas question de réconfort, mais de survie. On est loin du compte. Les miroirs fondent, l'espoir tombe. Enterrée.  Je ne sens plus le menthol dans cette dilettante habitude. Au revoir.







Planche extraite du carnet de recherche sur "La Nu-ta-tion". EP, quand tu nous tient.


Vendredi 4 décembre 2009 à 11:31



Crache ta rage. Exécute. Fuis. Cours. Musique salvatrice. Jouer le rôle. Cacher. Déchirer. Se concentrer sur ses projets. Associale, certes. Mais surtout nihiliste. Pas parce que c'est un mot à la mode. Qu'on ne se méprenne pas. C'est un masque de réglage. Les nanas qui font les nanas, ça devient bien lourd. Un peu de recul, tellement relatif. Je n'irai pas chercher midi à quatorze heures. Rester dans la case. Sourire, niaisement. Rester assise. Ne pas se poser de questions. Rester calme en dehors, lacérations en dedans. Parce que tout va bien. Je me fais trop d'illusions. La vie est merdique, opaque, cynique et hypocrite. Je trouverai. Me crée un chemin silencieux. Ne bavarde pas. Reste dans le coin. Et surtout, continuer de leur parler qu'au passé.  Je m'en servirai comme d'un arme. Crispations de la machoire, contenir tout ça en dedans. Facebook aux chiottes, je dIsparais. Exit, dégage. Mal. Entrez votre message perso. J'ai rien à vous dire. Paris m'excède. Dieu que les grib' me manquent. La Touraine, les relations vraies. Paris, c'est vraiment du vent. Je suis incapable de conserver ce genre de relations. Ce ne m'intéresse pas. Et au bout du compte, j'assume. C'est sûrement le pire.

Alors avancer sur le chemin et appeler CaE pour voir ce qu'elle veut. Voir si je peux faire du télétravail pour eux, 10h par semaine ou voir, et progresser. Une expérience graphique à inscrire sur mon CV. Alors va falloir être convaincante, cette fille a du pouvoir. Le détail, c'est que ça me fera des thunes, et une raison de plus pour ne plus. HAHA, si ça marchait, ça serait ouf : pas encore diplômée et déjà une boîte embaucheuse. Qui paye bien. Je suis une nantie. Alors pour cela, je ferai des sacrifices. Je suis vraiment un humain. Et ca me désespère. Mais c'est tellement nul tout cette complexité. Tout pourrait être plus simple si vous ne preniez pas autant la tête. Alors oui, distance en attendant. Parce qu'il est clair que si je crevais demain, on se s'en apercevrait même pas. Et tant mieux.

Et tiens, en interro d'infographie, on devait jarter les lunettes de Mr Windows ou de notre Saint-Père-des-Geeks, Steve Jobs. Entre autres consignes. C'était marrant. Avant/après. Oui, c'est loin d'être parfait, mais contente quand même.


Mercredi 2 décembre 2009 à 16:33




Qu'ils aillent tous se faire foutre. Je m'en bats les reins.



<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast