sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Jeudi 20 décembre 2007 à 1:03



Doucement. Des pas dans la nuit, le silence. Une flamme dans la nuit. Douceur d'enfance. Senteur apaisante. Comme ce bonheur qu'on n'a pas eu. Rêve puérils d'un monde parfait. Idylle de la vie illusoires, naïveté evanescente. Et puis vient le mal. Le mal de n'être pas ce que l'on a toujours désiré. Le bonheur vaporeux. Insupporter ce corps gras, vergétureux et celluliteux. Une entité flasque dont les membres semblent vouloir s'échapper. Regret. Où sont passé ces faible  et petits quarante kilos. L'euphorie agonisante, enterrée au boulevard des allongés. Sans demander son reste. Un an que j'ai repris cette maudite masse. Plus d'os qui saillissent. La graisse maîtresse, gérante d'un corps. Locatrice invivable. Fatiguée. Physiquement. Aucune résistance. Aucune résistance. Boire un grand verre d'eau à chaque repas. On en est loin, chamelle. J'ai pitié. Il fait froid. Mon corps est froid. Exquise corpse. Je veux. Volonté fragile. Volonté. Y croire malgré tout. Force.
Reprendre confiance. Pas en échec. Ce dédoublement. Caractère trop souvent lunatique. Hâte. Incertitude dans l'échéance. Motivation. Parce que pas le choix. Pas d'alternatives. Réussir. Deviens ce que tu es. Deviens ce que tu es. Qui suis-je ? Suis-je vraiment ce que je veux être. J'espère. C'est à bout de doigts. Tactile. Tracé. Design. Tout dans l'ergonomie visuelle. Séduction par la vision. Créer l'illusion. Oui. Soyons fous. Créatifs.
Confiance rassurante au possible. Aimée. Aimer. Comme si. Faire disparaître les disparités. Juste pour préserver les restes d'un futur trop ou pas assez proche. Une année. Une année. Le reste... Le reste ? Concentration poussée à son paroxysme. Pas le droit à l'échec. Ni scolaire, ni sentimental. Parce que la confiance. Confiance. La peur n'évite pas le danger. Savoir être aveugle au cas où. Mur de béton armé. Coquille hermétique. Insensible ? Menteuse ! Non, bien dans la tête. Le moral aussi fixe que le mercure est en bas. Coup de cisailles. Y'a des fois où ça démange l'épiderme. Sales.


Par Anorchidea le Samedi 29 décembre 2007 à 16:41
Palper ses membres en mimant le dégoût.
Toucher, se sentir étrangère à son corps. Tu sais. Je sais.
Comme regretter le petit en guise de décimale? Comment peut on réussir à se convaincre que c'était mieux "avant". Comment l'esprit peut réussir à nous berner autant? Il m'est arrivé tant de fois d'éprouver ce sentiment. Me dire, me convaincre que si j'était moins je me sentirai mieux. Encore aujourd'hui. Foutaises.

Retrouver ses esprits. Se ressaisir.
Si tu t'es trouvée, si tu te connais, si tu sais qui tu es, alors la réussite n'est pas loin. Celle qui t'assure un bon départ pour la suite...Be You, hum, ça sonne bien.

Je t'embrasse et pense à toi ^^
Plaisir en revenant fouler tes mots.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sidvicious.cowblog.fr/trackback/2365424

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast