sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Samedi 19 mars 2011 à 12:42

 

D11 //   7,3
# B&E No Egg Muffin, 2 hot chocolates.
# Légumes, poulet, part de gâteau au chocolat.

D12 //
# 2 tranches de pain complet, 1 banane au chocolat.
# 2 pintes et 1 demi de Carlsberg, 3 double vodka-redbull.

D13 //
# 2 tranches de pain complet, 1 chocolat chaud.

D14 //
# B&E No Egg Muffin, 3 hot chocolates, chocolat.
# Légumes, poulet, part de gâteau au chocolat, 1 tranche de pain complet.

D15 //
# Salsa snack Wrap, 3 chocolats chauds, chocolat.
#1 tranche de pain complet.

D16 //
# 3 tranches de pain complet (w/cheddar, w/chocolat).
# 5 chocolats chauds, beaucoup beaucoup de Smack's.

D17 //
# 1 tranche de pain complet, Salsa snack Wrap, 2 hot chocolates;
# 3 verres de vodka/ananas, 1/2 pizza carbonisée. 
 
D18 //
# 2 tranches de pain complet, 1/4pound cheese, medium fries. 
# 1 hot chocolate, 1 chicken nugget
# 3 fourchettes de spaghettis bolognese, 1 banane. 

D19 //
# 1 tranche de pain complet, 1 chocolat chaud. 
 

Vendredi 18 mars 2011 à 1:21

 

Et quarante, il y a. Forte, concentrée.
Le chat n'a pas mangé la souris et le lion n'a pas jumpé. Fuckin' bastards!
"not jet he" ! Ou l'art des petites phrases, que je comprends le polonais. 
Doubles sens assurés. 


Jeudi 17 mars 2011 à 1:23

 

Après 3 jours : courbatures, colère, vide, flou, perte d'appétit. Je sais pas dans quelles mesures les facteurs manques, relationships, daily life et bipolarité rentrent en jeu dans ces conséquences. Je douille un peu. Sévèrement. C'est de la merde en boîte. Probablement qu'un pétard serait le bienvenu. Faut que je vois ça demain. Ca a un goût de "Reviens-y". Faut jamais, jamais faire de l'oeil à une blanche qui mouille. C'est comme regarder un truc que tu veux t'acheter dans une vitrine, avoir des thunes pou te l'offrir, le regarder encore et essayer de tracer pour pas faire un achat compulsif. Changer de trottoir. Un rien, ton pied dedans : un millimiètre suffit pour mordre le ligne. Putain de saut. Au travers les néons. En entrant dans le vide. 
En attendant, ma crise n'en était pas une : c'était seulement un repas équilibré non-réfléchi. Mon oeil change aussi. Dans quel état vais-je me retrouver ? 
 

Mardi 15 mars 2011 à 18:56

 

Ouais, ça va les gars. Je sais. Si dire de la merde, c'est être crazy, hein. Hier, j'ai perdu la première manche. Presque aucun point. Et sur la seconde, j'ai striké. Le bowling, c'est psychologique, concentrationnel. La cuillère en bois dans la meilleure équipe. A refaire. Puis sortir en ville, boire ce qu'il faut de trop pour perdre la tête. "You could be a manager. Your work is very good" HAHA. Alex était mort. On n'a pas fumé. J'avais plus de tabac. Je n'ai plus de tabac. Plus du tout.

A la Rochelle, le moral est perdu, la fin est proche. Il espère attendre l'été pour pas le passer sur un lit d'hôpital. Pour que le dernier soit quand même un été où on fait comme les familles normales. On part en vacances en famille : Papa Maman, les enfants. Du fake. Maman va mourir les filles. C'est dur, c'est comme ça. Et c'est pas d'attendre qui changera les choses. L'impatience gagne les esprits, ne rien glander à deux à longueur de journée, ça les endort et fait pêter des durites. Ca fait 30 ans que tu traines ça. Il serait ptet temps de congédier cette putain de jambe. 

Bref, hier soir, j'avais la pêche pour contrebalancer les bonnes nouvelles. Un élan d'énergie parce qu'ici, je suis protégée, loin. Et alors j'ai bu de tout mon soûl. Saoule. Et c'était putain de bon. Je fais putain de n'imp, je vis. J'essaie de respirer, parce qu'en revenant en France, j'aurai tout ça en pleine gueule. J'ai simplement pas envie. Je sais pas si j'ai envie de retourner sur des bancs d'école. Je sais pas si j'ai envie de passer 40 ans ici, à regretter de ne pas avoir tout lâcher au nom de l'aventure. La seule chose que je sais, c'est que ce putain de rêve, je le vis éveillée. 


 

Lundi 14 mars 2011 à 3:26

 

La potion magique pour survivre au taf, au temps, et aux soirées. Et anorexigène. Détruis-moi, ça me fera revenir en France. En espérant que finalement, demain, ou cette nuit, la pente du retour ne soit pas si trash. C'est éveiller les bruines pendant plus d'un jour, gorge sèche, soifépasfaim. Tachycardie, dérèglement des battements du coeur. C'est pas mal et c'est naze. La tête qui commence à tourner de fatigue parce que le cerveau ne suit plus. L'estomac non plus, mais c'est pas possible. Je profite. Demain, je joue de la guitare, et je vois avec. Et cette merde, la pauvre, à moins de 5 du gramme. Quand je pense que le GB entre 5-7. Je sais pas, 1/2 ounce. The amount. Contrebalancer avec le sachet blanc. C'est incrédible. 

Je sais pas comment virer mes anges d'épaules, et si je dois me faire confiance. Ce que je sais, c'est que c'est clate et easy. Je ne compte pas, et contrôle. Il faut que je la touche du doigt. Un signe dans la rue, mains blanches et main noires, une de chaque côté. Ca respire tu crois pas. Le cygne blanc qui crève, c'est quand même tout un symbole. tu penses que j'y arriverai bientôt ? Ca va le faire. Ca va le faire. Ces pierres qui ne roulent pas. Egal ou strictement inférieur à 7. 



<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast