sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Vendredi 30 mai 2008 à 11:42



                   
"la bague au doigt" et "La fille au bustier", environ 20x30cm, crayon de couleur sur papier argenté.



J'ai trouvé. Il était temps. Je m'informe. Je sais que l'année prochaine sera Condé. Une dévotion pour l'école et surtout, pour en sortir sans l'échec cuisant de ne pas être prise dans un BTS PUBLIC. Repéré sur le site quelles écoles ont un taux de réussite aux exams supérieur à 90 %. Elle est exigeante la fille. Oui, mais je veux m'assurer une bonne formation. Style Sainte Margo, mais en mieux. Condé fait partie des critères de réussite exigés. Mais l'idée de deux années supplémentaires à 6 000 euros m'est impossible à envisager. Donc je cartonnerai en manaa, quitte à faire des concessions et des sacrifices. Que de beaux mots. Il y a bien-sûr Estienne, Olivier de Serres, Duperré, Ensaama et le lycée de Sèvres  et Eugénie Cotton de Montreuil en Ile de France. La bataille sera rude. Et Condé et Univeria à Grenoble versions payantes. Et sinon en Province, les arènes à Toulouse, Charles de Gaulle à Chaumont, Raymond Loewy à La souterraine, les Maristes à Marseilles, Alain Colas à Nevers et Louis Pasteur à Besançon. Soit 12 possibilités. D'abord l'île de France version non payante, ça me permettra de pouvoir revivre. :) Si je suis pas prise en BTS en Ile-de-France ou Province ou Condé, j'irai en L1 et L à La Sorbonne en Arts Plastiques.
BTS en poche, je veux et j'exige une L3 en Design et Environnement toujours à La Sorbonne. Facile d'exiger. Surout qu'on va sûrement m'imposer une année de voyage en L2 Arts Plastiques avant...
Après la L3, M1 et M2 en Design et Environnement seront la suite logique. Et un doctorat au CERAP, pourquoi pas ?
Bon j'ai 21 ans, je recommence mes études comme si je venais d'avoir le bac. Après la manaa (22 ans), je finirai mon second BTS (24) pour une Licence (25) puis un Master (27) et un doctorat (30).
AHAHA. J'aurais jamais ce courage. Quoi que si j'ai un job à côté en Licence et en Master, ça pourra grave le faire... Puis même, j'pourrai ptête même faire valloir mes deux BTS et mon année de Manaa et aller directement en Master. Ca s'est déjà vu. Et pendant le doctorat, on taffe un peu quand même et on est, certes frêlement payé, mais payé quand même. En habitant avec Moman, hein.
Putain, 10 ans de colocation avec ma mère. C'est inenvisageable. Même si elle aime le métal symphonique lyrique. P'tain ma mère qui déteste la guitare, adore Adrana et Nightwish. HAHA. Mouais, j'aurai trouvé avant un appart à partager avec mon OinOin ou une copine. Queuh même. Puis un master, c'est déjà pas mal. Au pire. Puis avec un bac+4, on peut tenter l'agrégation. Ca pourrait être cool aussi. HAHA.Bref. C'était pour dire que j'aurais du me donner les moyens bien avant. J'aurais pas "perdu" trois ans. J'espère pouvoir les mettre à profit. Plus tard. Je planifie tout. C'est fou. Mais bon. Ca me fait plaisir de savoir où je vais.
Je passe mon entretien pour le CCAS à 15h30. Parait que pistonnée par un conseiller municipal voisin HLMique de ma Tata. Et bien. Séctionnée j'espère être. Je serai. Ou pas.
Je saute du coq à l'âne parce que pensées brutesà exprimer. Gros bordel dans la tête. En ce moment, avenir incertain, planifier pour s'enlever le doute. Se dire que même si on n'aime pas étudier et que ça sert à rien sur le marché du travail, ça pourrait être cool d'en avoir le plus possible. Juste pour le style. J'demande pas une grosse paye en plus. J'demande à pouvoir vivre tranquillou en parlant art à longueur de journées, à faire des recherches et parler inglès. (La cloche sonne. L'école d'à côté.)
Non. Ce que je veux avant tout, c'est pouvoir faire quelque chose que j'aime. Et le partager. Etre enseignant -chercheur ets un bon moyen de faire de l'art et d'en partager la passion.

(C'est fou ce que ça braille des gosses dans une cours de récré) Parce que voilà. Plus négatif que je pensais. Ca fait du bien d'écrire. Puis aussi, les exagérations des mots. Pas le même sens. Plus de nuances. Mais bon. Oui j'écris que les défauts. Parce qu'écrire les qualités, ici, ça me soulagera pas.
Voilà. Interprétations de langue. Le langage est un des moyens de communication les plus réducteurs. C'est fou.
Athée, c'est pas haïr la religion. C'est juste être certain de l'inexistence de Dieu.
Agnostique, par contre, c'est être conscient de ne pas savoir. C'est ne pas croire, mais ne pas exclure la possibilité de l'existence de Dieu.

C'est tout. C'est beaucoup. Je ressens ce besoin d'écrire en ce moment. Et plein d'idées de nouvelles. Dans la rubrique album, quelques croutes et gribouillages. Pris en photos les autres rangés dans mes cartons. Ils viendront au fur et à mesure  :) Les couleurs sont pas très bien rendues, désolée. :s



Mercredi 28 mai 2008 à 18:52



On avait créé la NCM en troisième. Un parti politique de merde, communiste à outrance. On était con et on rigolait bien. J'étais K. S. Vous croyez pas que je vais vous le dire quand même ? Bref. Qu'est qu'on s'poile entre casseroles. HAHAHA !
Rhem. Passé ma journée sur des blog d'ano, myspace de Werber et sur mon pastel. D'ailleurs. Une des deux croûtes au bureau de ma mother. Séparées elles sont. Bizarre. Bref. On m'a fait une commande de quatre peintures. Et ma mère a fixé le prix à 50 euros l'unité. Ca en vaut même pas 10. Y'a des gens vraiment tarés. Enfin, ça me paye l'heure de coutelage de peinture au smic. C'est fou. J'pensais vraiment pas que ça pourrait plaire. Elles sont pas tip top. J'préfère et de loin, mon pastel avatarté aux spots bleu et rouge. Enfin, ça pourra me payer un bout de Condé. J'ai hâte.
La fille à Estienne a fait une dépression, 10 kilos perdu en moins de deux mois. Trop de boulot en MANAA. La pression, plus de vie sociale, des projets à rendre même si l'inspiration n'est pas là, des cours de croquis parfois chiant. Mais moi j'aime. Bosser à l'arrachée. Parce que l'inspiration vient au fur et à mesure et faut tout recommencer. Et puis que j'aime peinturlurer. Chercher les idées où personne n'irait les chercher : dans la poche droit de mon pantalon, à côté de la joie de vivre. Je sais que l'année prochaine sera difficile. Mais je ferai quelquechose que j'aime.La difficulté ne me fait pas peur. J'ai envie d'avoir l'esprit utilisé. pour ne pas penser aux crises. Pour ne pas penser au manque de O.O. Pour ne pas avoir le temps de manger. Pour pouvoir faire l'artistique. Et PROGRESSER en dessin. J'ai vraiment envie de cartonner en art
Tal ours, j'ai fait le cake à l'huile d'olive/amande/citron du blog de Lisanka. J'air emplacé l'huile d'olive en mi-huilolive, mi-huilenoix. On verra bien. Je sais déjà que je ne vais pas aimer. Mais ça sent bon. Il doit être ready :)
J'adore Cat Stevens et Bob Dylan. Les choristes et la zic classique. Je me fais une cure de vieilles zics. Woodstock et tout le tintouin. Surkiffe. Un de mes mots du moment, avec "cool" et "chouette" et l'inconditionnel "putain". D'ailleurs, je sens que cette quadri-colocation va pas être toute rose. Enfin c'est juste deux mois. Mais je me rends compte que j'aime vraiment la solitude. Qu'on me laisse peinarde dans mon monde. Loin de là. Où je fais n'imp. Mais où je prends mon pied.
Ce matin, j'ai mangé une mousse au chocolat. 10,2 cl. Et puis j'ai mangé un petit bout de reste de poulets/patates. Ma mère cuisine vraiment trop trop bien. Moi j'préfère préparer le sucré. Même si je préfère le salé. J'ai ensuite fini par une autre mousse au chocolat. Je sais pas combien de calories j'ai ingurgité. Je m'en fous. Ce soir, ma mère part taroter et voir le Cricri del amor. Vais pouvoir dire des conneries et manger léger. Déjà que je freine grave le pain. Remarque, toute seule, j'en bouffe jamais. Sinon c'est une drogue. Dur, oui d'arrêter. Et puis freiner la viande. N'autoriser que le fromage de chèvre. Et puis  voilà. T'façon, c'est pas moi qui paye la bouffe, j'peux pas me permettre de faire des crises. Et puis j'peux pas vomir. Donc c'est tout bénéf.
Je sais qu'il vient de me mentir. Je fais quoi ? Ca va être le même cirque que l'été dernier ? Rha. Mais rien que d'y penser, j'ai un noeud au bide. Comme une vieille envie d'extirper tous mes boyaux hors de mon corps. J'aime pas ça. Comment je peux avoir confiance dans ces cas-là. Faut que je prenne sur moi-même. Toute ma vie ? J'préfère pas y penser. L'année prochaine sera un calvaire. Je retourne à mon oil pastel, ça va m'détendre.
POUAH CACA BOUDIN. SALOPE !



Lundi 26 mai 2008 à 16:34



Mon nom est Bon, Jean Bon. Version française du sex symbol spy. Sans sex, sans rien. Dénudé et à gerber. Genre gros beauf. On imagine.

Samedi, le centre Pompidou à Beaubourg avec OinOin et C. très chère belle-soeurette.
Deux expo. La première, un peu surréaliste, mélange de styles, d'époque. Ces artistes qui ont des soucis psychologiques. Louise Bourgeois, artiste du XXème siècle, et de quoi faire une psychanalyse ... Un bon complexe oedipien, une haine paternelle à cause de l'adultère avec Nounou, un enfermement  mal vécu. Du glauque, du glauque. Phallique et mamelaire. Du glauque, du glauque. L'angoisse personnalisée, du morbide féminisé. A nous mener ainsi dans son univers, on avait vraiment mal pour elle. Et secundo, les Traces du Sacré. Représentation du sacré, dénaturalisation, interprétations, expressions. Tout est relatif. Les démarches artistiques parfois géniales, parfois difficiles à saisir. L'art moderne.
Pol Abrahams, un doué en plan. Jolies architectures qui restent modernes même encore aujourd'hui. Les HLM, les grosses baraques communautaires, lycée et trucs. Les villas pour riches. Mais réalisation. Opinions positives à modérer, trop beau sur le papier pour être vrai.

Recherches par curiosité sur :
Gérard Garoust, Anselm Kiefer, Yan Pei Ming, Dado, Vasarelly, Alain Jacquet, Gérard Fromager, Martial Raisse, Zao Wou Ki, André Derain, Kupka, Kandinsky, Marcel DUchamp, Max Ernst, Francis Picabia, Fernand Léger, Marc Chagall, Valloton, Chaim Soutine, Henry Laurens, Juan Gris, Giacometti, De Stael , Jean Prouve, Degotex, Nitsche, Jay Defeo, Maurizio Catelan, Mary Wigman, Scurti, Otto Dix, Georges Braque, Paul Klee, Molohi Nagy, Josef Albers, Dubuffet, Delaunay, Pollock, Felix Del Arle, Bonnard, Matisse, Morellet, Jesus Rafael Solo, Bruno Perramant, VasLaV Nijinski, Rick griffin, Balthus, Georgio de Chirico.

Ouais, tout ça. J'ai adoré. Soif d'apprendre. Musique classique aussi. Ne plus être inculte. Et s'ouvrir, s'ouvrir. A toute forme d'art. Connaître un peu, beaucoup, à la folie. Sur tout. Surtout. A mi-chemin entre rêve et réalité. Parfois. Tantôt.

Les trips de merde à longueur de temps, quadri-collocation ma foi agréable. Une partie de Wormux avec ma mother. Si, si. En ligne, quatre cons. Et voilà que ça recommence. Je me demande ce qu'il adviendra de nous. Tout le monde participe aux tâches ménagères. Je me permets de rêver. Mangeuse de pain. Manger diététique parce qu'en meute. Perdre tout doucement pour éviter de tout reprendre très vite et yoyo à gogo. Je suis stupide et ridicule. Enfin voilà. On s'comprend.
J'aime savoir ce que je veux. Je suis prise à Subway et en proie à un CHOIX. Je n'aime pas les choix. Je dois voir. CCAS ou Subway ? Là est la question. Mais d'abord le second et dernier (redondance, je sais) entretien pour CCAS.J'ai rien foutu pour les oraux et je suis dans la merde. Pas grave. Si j'ai la chance d'avoir mon BTS, je ne l'aurai pas mérité. La détermination. Et j'me fous du beuteusseuh comme de ma première p'tite culotte. Donc bon. Je l'aurai pour ma Môman et mon Pôpa.
Tour de myspace. Me manque. Il y a des personnes qu'on connait fort peu mais dont l'aura laisse des traces très profondes. Je pense à elle. Soeur Anne. Surnom pas assez ou trop je-ne-sais-quoi. Mais j'aime. Bizarre, ce mystère qui la recouvre et m'enivre. Il y en a peu, des inconnus si proches que même la distance et le silence n'éloignent pas. Relation ambigüe, presque pudique. Et presque pas. Parfois, les mots sont trop réducteurs, aucune phrase n'est utile pour décrire ceci ou cela. Le non-dits qui ne changent rien. Comme s'il n'était pas nécessaire d'utiliser le langage. Retenu. Et parfois je me demande ce que je ferai sans musique. Alors j'écoute Adrana et ça fait vraiment du bien. Repenser aux concerts. Envie de les voir. Le 7 et le 13. A croire que je suis accro. Sûrement d'ailleurs. Et puis même qu'une soirée mondaine. HAHAH. Et sévir peut-être moins ce soir-là.
Ma mère est une déglingos, taré, toc-toc, timbrée... Elle veut que je lui prépare un spice-cake. Complètement folle à ses heures. Expressions à la mord-moi-le-noeud.  Et puis la pomme tombe au pied du pommier. Et parfois très loin. J'aime ma vie. J'aime. La situation me fait rire. Complètement folle. Comme si j'étais sa béquille finalement. HAAAAAAAAAAaaaaaaa. Hâte d'être en MANAAAAAAAaaaaaaa et faire pleins de trucs avec les couleurs. Paris aussi. Je me sens chez moi. Totalement chez moi. Avec la télé en plus. Beurk. Mais chez moi. Et pas avec la malbouffe. C'est fou ce sentiment de découverte : j'aime MA vie, je M'aime (un peu). Se supporter, c'est plus qu'agréable. Malgré mes nombreux défauts. Non. La musique et la couleur, les traits, je crois que ça me suffit à être heureuse, si je sais que j'aime ces gens...



Mercredi 14 mai 2008 à 20:56



Pas de pronostique ! Bordel de merde ! Non j'ai un peu foiré l'épreuve de strat. Partie dans tous les sens. Aucune logique.

Bilan diagnostic : Oui. Situation de l'annonceur : Mouais. Problème à résoudre : Out. Positionnement : Ouais. Objectif de communication : Mouais. Cibles : Mouais-Non. Création : Oui sauf contraintes. Moyens : Mouais-Non. Calendrier : Mouais. Budget : Mouais-Non. ERAC : Mouais-Non. Eco générale : Mouais. Eco d'entreprise : Mouais. Droit : Non-Mouais.

Ca c'est fait.C'était pas à faire, ni à refaire. Bref. Je compte sur l'épreuve de com. Et puis sur les oraux. J'vais tout déchirer sur les oraux. Pas le choix. Ca fait mal de se retrtouver devant l'échec. Les tchèques. Les chèques. Les cheks. Bref. C'est pas plaisant. Et je suis retombée. Deux. Didi. Trop de choeur. Trop de coeur. Trop de tout. J'ai ptêt réussi à obtenir un entretien. 3 mois au CCAS. Et je re-calcule. Non pas les calories usées, ingurgitées, régurgitées. Les sous, les sous, les sous. Je VEUX pouvoir payer cette année toute seule comme une grande. Leur montrer que j'ai beau squatter chez ma mère un à trois années, je n'aurais pas besoin d 'eux pour la payer. Ca va être difficile, c'est vrai. Alterner 35 heures à rassurer par téléphone des vieux en manque d'eau fraîche et faire la serveuse over-bookée à minuit et demi, ça va pas être facile à gérer. J'espère juste que les horaires vont coordonner. Que je vais pouvoir choisir quel taf choisir si ça peut pas être les deux en même temps. Comme ça, j'aurai 3 mois de taf. Et un mi-temps pour les vacances et les périodes scolaires. Ca me fera de quoi payer mon matos et de quoi payer des aller-retours pour Tours. Ou ailleurs. La Rochelle. Mes petites soeurs me manquent. Faudra juste assurer pour les 35+12=47 heures de taf hébdomadaires. Ou pas. Pendant trous tout petits mois. Puis au pire, je peux démissionner. Il me manque 2700 euros. 3 mois de travail auraient suffit. Mais non mais non. Il me faut des réserve. Enfin bref. Je veux le plus. Et puis sinon c'est pas grave.
J'ai acheté un ordi à ma Maman pour son anniversaire. Pulsionnel. Comme tête de noeud. Je sais que je ne sais pas. Demain anglais. Il faut rappeller Madame P. Je veux bosser. Etre une grande.
Je me fous des projets machiavélique. Je retombe dans la spirale. Non je ne maigris pas. Mais je sais qu' intérieurement s'embriquent des plans. Le genre d'avant. Pas besoin de manger. Pas besoin, je dois taffer. T'inquiète, y'a une cantine là-bas. J'ai mal au bide. J'me sens pas bien. J'ai déjà mangé. J'ai mangé chez Truc. C'est fou la manipulation. J'y pense des mois en avance. C'est mauvais. Ca pue du cul. Non. Ca craint du boudin. Et j'aime ça. A croire que je le fais exprès. Les objectifs baissent. A croire que je recherche. La souffrance et la distance. La souffrance est la distance. 17 c'est bien.
J'aurai mon BTS. ON L'AURA. Non, je ne serai plus jamais paranoïaque. Je serai. BIEN. Merci bien.
In the mood for love. En boucle. Le grugru. C'est sa faute. POuah.


Dans quelle mesure le droit du travail accompagne la flexibilité de l'entreprise ?



Lundi 12 mai 2008 à 23:13




Oh my God ! Et re !  Non je suis une thon à l'huile.  Je suis confiante pour les examens. Et je suis impatiente de passer l'entretien du tube. Il faut que je le décroche. Avoir des tunes. Des tunes ! Tout cet été. Et puis même si c'est pas assez.
Je dois 450 euros à Tony. 450 pour un ordi pour ma Moman. Enfin non. Je lui dois 230 euros. 230. Il va falloir bosser. Doublement. Mais si je fais 35 heures à Noblet et 12 heures à Subway, ça pourra être cool. Certes, je vais vite être morte. Mais c'est juste un mois. Juste un petit mois. C'est rien après tout. Et puis, tout ce que je veux, c'est des tunes. J'espère juste qu'il n'y a pas de contrat minimum trop élevés. Genre faut pas que je foire mon année. Puis si Coin peut bosser à Orange, ça me déculpabilisera. Ca fera le couple d'étudiants moderne : tous les deux au taf comme des prolos avec les cours à gérer. Non l'année prochain j'aurai plsu du tout de vie sociale. Ni de tunes d'ailleurs. Je sais que je fume mes dernières clopes. Partent en fumée. Je mets face, je mets pile.Jeu de mots Ramucho. HAHA. Le nain au balcon détecteur de potes qui leur refilent les clefs, les sourires du bébé'Ion. On n'a rien loupé, elle a dit. On rigole comme des petits fous tous les deux. J'ai laissé le stress s'envoler. Je suis confiante. Pour tout. Je sais que ça ira pour les exam, j'ai pas le choix. Y'a deux ans, je commençais ce blog. Je suis fan de Hans Zimmer. Je veux tout déchirer. Ce n'est pas la veille des examens qu'il faut se dire de réviser pour y parvenir. Mais je sais que réviser à fond ne m'aurait servi à rien. Sauf en éco droit.
Calculatrice, média-poche et cervelle. Trousse. Effaceur. Régle. Montre.
Tout se joue. Genre, tout mon avenir dans ce bout de papier. Non. Non, c'est pas vrai. Oui, je tourne tout de travers. Il a raison, je le sais. Je l'aurai pour lui et pour mes parents. Puis pour ma p'tites soeurs. Pour assurer mon rôle de grande soeur parfaite même pas boulimique.
S. me rend folle parfois. Rha,mais j'ai envie de le secouer. Oui, la vie de bohème. Un jour,  nous serons trop vieux pour jouer à ce jeu. S. part. Loin. Trop loin. Sur MSN, trois griboux qui ont pris une route. J'ai envie de fumer. Et nous serons comme qui dirait, éclaté. Il est soumis. Ils seront tous loin. Je serai à Paris. Pas seule. Je pense ne pas avoir le temps de faire la foire. C'est pour ça que j'en profite en ces jours de soleil. Parce que si j'en profite pas avant de partir, ça sera fini. Fini. Et ces cailloux. Et si je bosse à Sub, je ne pourrai venir que pour les vacances. Orgie totale. Et puis non, puisque taf et puisque projets à mettre en place. Donc je n'aurai pas de vie sociale pendant un an. Ca ne me désespère pas. Ca m'intrigue.
J'ai 10 kilos à perdre. 8.Oui, 8 c'est dejà bien. Mon plus grand poids a été de 49 kilos il y a 5 ans. Le plus petit de 38 kilos, il y a 2 ans. Je ne suis pas loin du plus grand. J'arrive pas à dépasser le cap. Mais je vais me prendre en main avec ma Maman. Moarf. Je suis heureuse de passer l'épreuve de stratégie de com demain. Parce que ça veut dire que c'est bientôt fini.
Et parfois j'ai envie de leur en mettre plein la gueule. J'en pense quoi de cette famille autrichienne, de la fille et de l'inceste ? Et toi, t'en penses quoi de taper sur tes gosses ? Tu me demandes ça à moi ? Il ne faut pas insulter ses beaux-parents (mère), même si c'est que dans sa tête. Nan j'avais intérieurement la haine.Elle m'a saoulé tout le repas. C'est pour ça que je réplique comme je peux. Je me détache et parle avec le plus d'objectivité. Le cerveau parle. Et puis fais chier merde. Elle me prend pour une gamine ou quoi ? T'arrives plus à exercer ton pouvoir parental alors tu te prends pour ma mère ? Ouais, j'suis ptêt pas très très responsable. Mais je sais m'assumer. Je sais qu'on doit se lever pour aller à un examen. Je sais qu'il faut mettre son réveil poru aller à un examen. Je sais qu'il faut travailler et ne pas être fatigué pour passer un examen. Et puis merde, c'est ce foutu tapotage de crâne de son tube de crême qui m'a saoulé plus qu'autre chose. Elle est en manque de pouvoir. Voilà. Fallait que je le dise. Parfois, j'ai envie de lui en mettre plein la gueule aussi. S'il y a bien des choses que je ne tolère pas, c'est bien ça. PouaH. Ca fait du bien de l'écrire. Ca m'en ferait bien aimé mon connard de beau-père. C'est dire. Re-POUAH. Je dis vraiment de la merde. Non j'y viens parce que je préfère qu'elle me parle qu'elle lui parle. Moi j'ai juste à gerber les mots. J'ai pas envie qu'il en encaisse. Même si c'est le plus fort du monde. Agrooaaa !

J'avoue que je suis bien dans ma tête. Et j'aime bien manger du canard. Les temps sont chouettes. Et la côte de Grandmont grimpée à vélo sans s'arrêter, encore. Je me suis musclée un peu. J'ai de grosses jambes, mais musclées. Ca me fait plaisir :) Rest eplus que mon imbécilité à épargner. Et des tunes. Bien que très matérialiste comme pensée, j'aime pouvoir me dire que je n'aurai pas de dette. Les rembourser très vite. Et je vais aller dormir. A partir de demain, tout change. TOUT CHANGE.
Ok mad'moiselle.
Putain, ça ressource de revoir les cailloux. Ca ressource. Comme une symphonie. Je vais me mettre à Linux. J'ai envie. Décalage. Et je suis amoureuse du plus beau bébé'ion de la faune urbaine. Ouistitruffe en plein love. So grou, so gruik, so grouik. Et plein de "ne". Mais pas dans le bide.

Merci la vie. Merci. Je respire malgré la peur et les questions. Je saurai. Je jouirai de chaque moment. Malgré les difficultés. Juste une année. On se verra sur de sur de sur de sur pendant les vacances. Tours [Les cailloux. Les caféterriens. Soeur Anne. Les zouzous. Emeric. Les jumelles. Les Fattydicks.  Carole. Luce.] Paris [EliseElise. Matthieu. Chloé. Maitre Zen. Gabi. Pipionnilles. Et la famille]
Je ne louperai pas la fête de l'Huma cette année. Le festoche de la BD semble fortement compromis en cas de job studientes, mais c'est pas grave. Parce que j'aime la musique du Roi Lion.



<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast