sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Mercredi 30 décembre 2009 à 16:13




Tout est pèle-mèle. La soirée de lundi m'a laissée un gout amer. Il y avait du vent ce soir-là. Un gout amer. Pourquoi tu me poses autant de questions ? Tu disparais. Yamoutmout. Tu reviens. Bleu, ou multicolore ? Je suis là. Souvent bien lasse. Et parfois en colère. La haine. L'envie. Juste des caresses. Encore des caresses. Et surtout l'attente d'y voir plus clair. Tu le sais ? Tu le sais, ça, que j'attends ? Ce n'est pas le froid qui me rend ainsi. La vue de son balcon est abasourdissante. Le roi des songes.

J'aimerais avoir des nouvelles. Si ça va. Quand la prochaine ? Ca ne me fait pas vraiment rire. Contrairement à ce que j'ai dit à S. Leur petit jeu est assez stupide. Lui. Et elle. Sûrement pareil. Prenant tout ce qu'on lui offre, de ce qu'on peut ressentir à son égard. Garde ton extrême fascination Chérie. Sans cela, tu perdrais tout. Les avantages. Tiens, ce qui m'a plu, c'était le "c'est cool !". Parce que pas de prise de tête. Le naturel. J'ignorais que ça pouvait se passer comme ça. Mais oui. Alors peut-être. En attendant, le clin d'oeil était phénoménal. Puis aussi, le fait de balancer des trucs totalement idiots en si peu de temps. En attendant, faut que je me mette à bosser.

Mon mea culpa, donc, lire La Disparition. Je te le préterai. C'est dans l'air du temps. Prendre du temps. Passer de l'autre côté. Puis de l'autre côté. Un soufle nouveau. L'autre côté de la force. La lutte des sexes. Essayer sans y parvenir de retenir tout ceci. Ailleurs finalement. Son joint m'a mise à terre. Mais ça m'a soulagée. Puis après. Le don de mettre des limites là ou il est peut-être stupide d'en mettre. J'ai curieusement un souci d'identité. Tenir la distance, un peu. En profiter. Entrevoir un début de sortie. Un avenir. Oui, à voir ma gueule, on ne dirait pas. L'eau poisseuse dans laquelle j'ai la tête enfoncée. Mais comment ? Il m'a fait rire. Le genre, je m'en tape. Fille ou mec, je ne recherche rien. Tu crois que je vais souder tout ça avec du fil de fer ? Non, je ne pense pas. Ca ne sera toujours pas si savoureux que. Je t'assure. Alors ? Un monde derrière celui-ci ? Caché, illusions ? C'est qu'on y croit un peu, sinon on mourrait...
Mais ce n'est pas comment ça que ça se passe. C'est encore autrement.


Dimanche 27 décembre 2009 à 10:45

 
 
Where is my mind ? J'ai l'impression que de l'autre côté de la prairie, page en phase de tournage. L'ignorance arrive parfois avec ses gros sabots, comme pour montrer qu'on s'occupe d'autres vaches et brebis, pas galeuses, mais peut-être dalleuses par ailleurs. Des histoires. Je ne chercherai pas. Pas longtemps en tout cas. Parce que cette histoire-ci commencera à me taper sur le système. Halte à l'hypocrisie. Je ne relance, ni ne suis, je me couche. Oh, et puis pourquoi pas, après un tapis, comme je viens d'en faire un, je ne prends aucun risque. C'est juste mal placé. Des deux côtés de la prairie. Action, comme réaction. Je passerai outre. Après tout, pas de quoi en faire un plat, c'est tout à fait assumé. Puis avec tout ce qu'on a mangé ...

Ma soeur a posté des photos d'elle dans des poses suggestives avec sa demi-soeur. Se rendent pas compte de la galère que c'est, avec l'homophobie. Alors faire croire de telles conneries aux yeux du monde, alors qu'elle a un mec, seulement 15 ans, et qu'elle ne se voit pas avec une nana. C'est pitoyablement surréaliste. Incroyablement bête de chauffer les pervers comme ça, et d'offrir le baton pour être battue. A croire qu'être lez, c'est super à la mode chez les ados. Elles ne se rendent pas compte... Enfin, peut-être que maintenant, si, vu la polémique que ça a été. Une chose est certaine : ça ne me fait pas du tout rire.

Si elle savait. Et s'il savaient tous. Le positif dans tout ça, c'est que ma mère a bien compris ma situation. Que l'ambivalence qui me transportait pouvait m'emmener là ou ailleurs. L'oncle C. et son "t'as changé de bord ?". Mais qu'est-ce que ça veut dire ? Personne ne sait ce qu'il se passe dans ma tête et ce n'est pas une évocation qui fait que. Ils en sont loin, ignorent tout. Là encore, certaines certitudes. L'ouverture de ma mère sur la question. S'en fiche. Tant que je suis bien avec la personne, le genre, elle s'en tape. Mon père aussi, très ouvert. Et au fond, hein ? Le problème, c'est les Anciens. Bref, je n'y suis pas encore. Juste que ça, c'est hyper rassurant. L'utilisation du superlatif.


 

Vendredi 25 décembre 2009 à 17:27



Parfois, je trouve ça drôle. Parfois, c'est vraiment lourd. Tout ce cirque. Puis finalement, ça rapproche tout le monde. Juste que j'aimerais bien le revoir. Passer de bons moments ensemble et qu'on se voit plus souvent. J'ai eu des nouvelles de ma soeur. Et puis mon ex-beau-père qui revient. Un bifton, sa rédemption. C'est marrant comme ça paye, de faire fît du passé et de passer outre leurs histoires de fric. Après 15 ans de galère à habiter avec eux, je m'en sors la tête vraiment haute et sans rien à rajouter.

Tiens, et puis la rencontre avec R., graphiste et O. le DA. Une bonne discussion pour avoir les secrets de la com. Puis au téléphone avec F. en alternance avec sa copine V. Ca serait cool qu'on se fasse une bouffe ensemble. Peut-être avec J. aussi. Enfin, comment je peux parler de bouffe alors que depuis hier, c'est l'orgie. Hinhin. Va falloir organiser ça. Puis le dîner de lundi avec les nanas. Des nouvelles de Chach. et ça fait plaisir. Bref. Je suis un peu rêveuse parfois. Je vois F. lundi, et on va bien se marrer.

Ce qui est vraiment fun, c'est que S. m'a mise en compétition avec Lau, son pote, puis R. et O. pour l'élaboration de son logo. La course est ouverte, je vais essayer de les bluffer, les pro... La belle idée !


Lundi 21 décembre 2009 à 12:46

 

http://sidvicious.cowblog.fr/images/winonaryder007.jpgLa routine qui va finir par s'installer. Avec les filles, on a décidé de s'offrir des cadeaux, au cas où on n'aurait pas été assez sages pour nos chères familles. C'est un peu un Noël à l'eau, à larmes. Alarmes. Alors courir se ressourcer dans la famille. Tout en sachant que C. en fera toujours partie. La tentation est fatale. Retourner ensemble. Mais pour une fois, écouter la raison. Et qu'on ne me sorte pas ce foutu parallélisme à la mords-moi-le-noeud qui opppose Coeur et Raison, avec leurs majuscules. Bref, je m'en fiche. Même si ça va être dur, je sais que ce mal est nécessaire. Il faut s'en convaincre.



Et j'ai trouvé des cadeaux adéquats pour mes parents et ma soeur. Pour les filles aussi. Je suis contente.




Je lui ai demandé une coupe à la garçonne. Juste retour aux sources. Et puis, je me sens moi, comme ça. C'est vrai quoi, les cheveux longs, ça me va pas, ça me va pas, c'est tout. Je me sentirai plus dans mes baskets. Enfin... Dans mes docs. Tout va aller pour le mieux. Hein ?


 

Jeudi 17 décembre 2009 à 11:40




Et puis, c'est la fin.



<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | Page suivante >>

Créer un podcast