sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Lundi 26 mai 2008 à 16:34



Mon nom est Bon, Jean Bon. Version française du sex symbol spy. Sans sex, sans rien. Dénudé et à gerber. Genre gros beauf. On imagine.

Samedi, le centre Pompidou à Beaubourg avec OinOin et C. très chère belle-soeurette.
Deux expo. La première, un peu surréaliste, mélange de styles, d'époque. Ces artistes qui ont des soucis psychologiques. Louise Bourgeois, artiste du XXème siècle, et de quoi faire une psychanalyse ... Un bon complexe oedipien, une haine paternelle à cause de l'adultère avec Nounou, un enfermement  mal vécu. Du glauque, du glauque. Phallique et mamelaire. Du glauque, du glauque. L'angoisse personnalisée, du morbide féminisé. A nous mener ainsi dans son univers, on avait vraiment mal pour elle. Et secundo, les Traces du Sacré. Représentation du sacré, dénaturalisation, interprétations, expressions. Tout est relatif. Les démarches artistiques parfois géniales, parfois difficiles à saisir. L'art moderne.
Pol Abrahams, un doué en plan. Jolies architectures qui restent modernes même encore aujourd'hui. Les HLM, les grosses baraques communautaires, lycée et trucs. Les villas pour riches. Mais réalisation. Opinions positives à modérer, trop beau sur le papier pour être vrai.

Recherches par curiosité sur :
Gérard Garoust, Anselm Kiefer, Yan Pei Ming, Dado, Vasarelly, Alain Jacquet, Gérard Fromager, Martial Raisse, Zao Wou Ki, André Derain, Kupka, Kandinsky, Marcel DUchamp, Max Ernst, Francis Picabia, Fernand Léger, Marc Chagall, Valloton, Chaim Soutine, Henry Laurens, Juan Gris, Giacometti, De Stael , Jean Prouve, Degotex, Nitsche, Jay Defeo, Maurizio Catelan, Mary Wigman, Scurti, Otto Dix, Georges Braque, Paul Klee, Molohi Nagy, Josef Albers, Dubuffet, Delaunay, Pollock, Felix Del Arle, Bonnard, Matisse, Morellet, Jesus Rafael Solo, Bruno Perramant, VasLaV Nijinski, Rick griffin, Balthus, Georgio de Chirico.

Ouais, tout ça. J'ai adoré. Soif d'apprendre. Musique classique aussi. Ne plus être inculte. Et s'ouvrir, s'ouvrir. A toute forme d'art. Connaître un peu, beaucoup, à la folie. Sur tout. Surtout. A mi-chemin entre rêve et réalité. Parfois. Tantôt.

Les trips de merde à longueur de temps, quadri-collocation ma foi agréable. Une partie de Wormux avec ma mother. Si, si. En ligne, quatre cons. Et voilà que ça recommence. Je me demande ce qu'il adviendra de nous. Tout le monde participe aux tâches ménagères. Je me permets de rêver. Mangeuse de pain. Manger diététique parce qu'en meute. Perdre tout doucement pour éviter de tout reprendre très vite et yoyo à gogo. Je suis stupide et ridicule. Enfin voilà. On s'comprend.
J'aime savoir ce que je veux. Je suis prise à Subway et en proie à un CHOIX. Je n'aime pas les choix. Je dois voir. CCAS ou Subway ? Là est la question. Mais d'abord le second et dernier (redondance, je sais) entretien pour CCAS.J'ai rien foutu pour les oraux et je suis dans la merde. Pas grave. Si j'ai la chance d'avoir mon BTS, je ne l'aurai pas mérité. La détermination. Et j'me fous du beuteusseuh comme de ma première p'tite culotte. Donc bon. Je l'aurai pour ma Môman et mon Pôpa.
Tour de myspace. Me manque. Il y a des personnes qu'on connait fort peu mais dont l'aura laisse des traces très profondes. Je pense à elle. Soeur Anne. Surnom pas assez ou trop je-ne-sais-quoi. Mais j'aime. Bizarre, ce mystère qui la recouvre et m'enivre. Il y en a peu, des inconnus si proches que même la distance et le silence n'éloignent pas. Relation ambigüe, presque pudique. Et presque pas. Parfois, les mots sont trop réducteurs, aucune phrase n'est utile pour décrire ceci ou cela. Le non-dits qui ne changent rien. Comme s'il n'était pas nécessaire d'utiliser le langage. Retenu. Et parfois je me demande ce que je ferai sans musique. Alors j'écoute Adrana et ça fait vraiment du bien. Repenser aux concerts. Envie de les voir. Le 7 et le 13. A croire que je suis accro. Sûrement d'ailleurs. Et puis même qu'une soirée mondaine. HAHAH. Et sévir peut-être moins ce soir-là.
Ma mère est une déglingos, taré, toc-toc, timbrée... Elle veut que je lui prépare un spice-cake. Complètement folle à ses heures. Expressions à la mord-moi-le-noeud.  Et puis la pomme tombe au pied du pommier. Et parfois très loin. J'aime ma vie. J'aime. La situation me fait rire. Complètement folle. Comme si j'étais sa béquille finalement. HAAAAAAAAAAaaaaaaa. Hâte d'être en MANAAAAAAAaaaaaaa et faire pleins de trucs avec les couleurs. Paris aussi. Je me sens chez moi. Totalement chez moi. Avec la télé en plus. Beurk. Mais chez moi. Et pas avec la malbouffe. C'est fou ce sentiment de découverte : j'aime MA vie, je M'aime (un peu). Se supporter, c'est plus qu'agréable. Malgré mes nombreux défauts. Non. La musique et la couleur, les traits, je crois que ça me suffit à être heureuse, si je sais que j'aime ces gens...



Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://sidvicious.cowblog.fr/trackback/2573737

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast