sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Vendredi 9 mai 2014 à 22:11

 


Ca coule, je me vide. Et j'en mets partout. 

Ils ont fait la révolution industrielle, puis les révolutions des travailleurs, de peuples soumis. Ils y a eu la révolution sexuelle, puis les révolutions sociales et technologiques. A nous celle de l'écologie. A moins que les précédentes aient tout cassé sur leur passage. Je me demande ce que deviendra cette génération de gosses à écrans. Désinformés, trop connectés sur les vagues des réseaux mais déconnectés les uns des autres, dépressifs, esseulés, solitaires et envieux. Suis-je pessimiste ?
A côté, peut-être plus d'ouverture d'esprit, d'acceptation de la différence. On se met aux pisse-debout, aux coupes menstruelles ECOLOGIE. EGOLOGIE. On tente les égalités, des petites évolutions voluptes, illusives. Mais on s'en sortira p'tit frère, aie la foi. Faut pas baisser les bras. Parole de ton ange gardien, celui qui veille sur toi.

Un gig résonnable, ça existe ? On essaie ? Hm, j'y vais du coup. 


 

Vendredi 25 avril 2014 à 19:18

 

J'aime pas quand quelqu'un remet en cause l'amitié que j'ai pour elle. Surtout celle-là. 
J'aime pas quand la première personne à me souhaiter mon anniversaire par téléphone est mon benêt de beau-père, qu'il prend un accent marocain de merde et prétend être outré et frustré quand je ne reconnais pas sa voix. 
J'aime pas que ma mère soit avec ce mec, même s'il la rend (un minimum) heureuse. 
J'aime pas ne pas aimer que ma mère soit avec son mari. 
J'aime pas devoir le voir samedi. 
J'aime pas tatouer quelqu'un sans le dire à D. 
J'aime pas quand L. d'Angels se pointe. 
J'aime pas le fait qu'elle me stresse et me fasse perdre ma confiance en moi. 
J'aime pas piercer des clients nerveux. 
J'aime pas gagner seulement £20 par semaine. 

J'aime passer une soirée en amoureux avec W. 
J'aime jouer sur les mots en anglais. Et en français.
J'aime voir ma famille dans une soirée beaufs. 
J'aime recevoir un texto de MAD. 
J'aime quand le bonheur semble constant et fort. 
J'aime mes amis plus que tout. 
J'aime les avoir et les savoir autour. 
J'aime ma famille. 
J'aime le fait qu'ils me manquent,
J'aime écrire, dessiner, tatouer et boire du jus de pommes au Plough.  
J'aime que mes "j'aime pas" soient futiles et mes "j'aime" tellement cruciaux.

OUI. J'AIME.


 

Vendredi 25 avril 2014 à 3:13

 


Cette condition n'est pas dans les termes du contrat. On s'était interrogés tous les deux, et ça représentait le plus gros d'un éventuel non. Mais quand il est venu chez nous, on s'est rassuré mutuellement, se convincant que toutes les personnes impliquées respecteraient cette règle tacite, évidente et intelligente. Ainsi personne ne placerait d'épée de Damoclès sur quiconque, que personne n'aurait jamais le cul entre deux chaises. Personne ne mettrait de pression sur quelqu'un d'autre.  Que ce soit, il, elle, lui, lui junior, ou moi.  Sur il, elle, lui, lui junior ou moi. Parce qu'on pourrait tous le faire d'une manière ou d'une autre, pour n'importe quel sujet proposé, majeur ou mineur. Juste pour rigoler et nous causer des problèmes, des doutes et des questionnements inutiles. Ceci dit pour tout problème, il y a une réponse. Si une réponse il y a, plus de problème, il y a résultat. 

Donc vint la question, problème posé du devoir de répondre, et de l'ingérence. Ignorance est souvent la réponse à la question mal-à-propos.
Puis tu as ces questions sans réponse, ces équations invalides aux solutions impossibles et/ou indisponibles. Comme les divisions par 0, comme Q3. Équation sans solution. L' inconnue restera inconnue. Car les règles mathématiques de cette maison ont été faites pour que les questions internes soient réglées en interne. Que les questions externes soient réglé à l'externe. Et que les questions publiques soient réglée en plublic. Mettre quelqu'un dans une situation maladroite a été proscrit. Cette question, autant que la réponse, maladroite. Et sans résultat, quelle que soit l'inconnue.

Personne ne parlera JAMAIS en mon nom, en ma voix. Et je ne parlerai pas au nom de quelqu'un d'autre. Ou installer un registre des visiteurs, avec dates, durée du séjour avec date, motif et événement. Avec les événements, on fera des statistiques. Avec les inconnus, on fera des événements.



 

 

Mardi 15 avril 2014 à 2:43

 

Ohh, can't anybody see we've got a war to fight? Never found our way regardless of what they say. How can it feel this wrong from this moment? How can it feel this wrong? Storm.. in the morning light I feel no more can I say. Frozen to myself. I got nobody on my side. And surely that ain't right. From this time, unchained, we're all looking at a different picture. Through this new frame of mind, a thousand flowers could bloom, move over and give us some room.

J'ai des projets. De l'ambition. Chaque pas apres l'autre, Finir ce qui a ete commence pour en faire un serieux debut. Je peux le faire. Hein, je peux le faire ? La methode Coue m'aidera peut-etre, il faut que je reste focus et conscience de toutes ces faiblesses tout en sachant que la concentration sera maitresse de la reussite. J'ai mis la machine en route, il me faut galoper tendrement dans cette roue et en tirer le plus de connaissances possibles. Il faut apprendre sur soi. Devenir bon, encore plus bon. Pour les autres. Et pour moi.
Que je souffle et j'arrete de souffler car ca m'essoufle et m'etouffe. Pantoufle aux pommes.



Vendredi 4 avril 2014 à 3:14

 

Il faut que je promote ce business. Il faut que le tatouage se fasse vite. Que j'apprenne vite et bien, sans sauter de marche, ni d'étape, mais sans refaire les mêmes erreurs. Faire attention aux details techniques. Aiguilles et concentration. Il faut se convaincre et continuer à y croire. Y CROIRE. On y croit, on est proche du but. Oui. 
Il faut ?


 

<< Page précédente | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | Page suivante >>

Créer un podcast