sidvicious

Tout est question de sémiose, petit Arlequin.

Mardi 5 novembre 2013 à 20:37



Boulot, difficile, tenir grâce au sourire. Un autre qui apparait, le mien. Essayer hardiment de le garder. Putain qu'est-ce que je ferais sans eux. Soudainement, il fait beau à l'intérieur, tout a un sens, brillant de clareté. J'en suis venu à me dire que peut-être, tout ceci avait une logique. Ou pas. Pression un peu trop forte. Je vais continuer dans ce développement et essayer de trouver dans le tai chi, cette petite étincelle qui change le quotidien. Cette petite chose qui rend la vie positive. J'avais besoin de ces psycho. J'avais besoin de redescendre sur Terre. Rationnels et maîtres de ses émotions, comment font-ils ? Essayer d'avaler leur positivite et me la coller à la face.

Et le prendre dans mes bras. Le rassurer. Parce qu'on est beaux. Quand ça arrive.
De jolis constats, je ralentis la clope. L'aprés et avec le speed reste difficile sans mais le reste est fiérement maitrisé. Je m'y complais. 


 

Samedi 2 novembre 2013 à 22:00

 
 

Se demander combien de temps ce cirque reste en ville, avec les meilleurs clowns au milieu de la piste. On s'amuse, on joue la comédie. On s'amuse et on prétend derrière une façade de maquillage que le sourire est rouge de vie. Une mascarade : il est rouge de viDe. Ensemble, y retourner. Puis observer le public désastreux en souriant à peine, avec difficulté qui plus est. Alors on se prend la main sans y croire, on appelle à la participation. Et les aiguilles des pendules continuent de tourner tranquillement. Une année de merde, décisive et changeante. 

L'affirmation qu'il n'y a aucun sens à la vie. Une certitude.
On nait, on meurt. Oui. Tout seul. Entre les deux, on essaie de mettre le plus de douceurs, de confort pour se convaincre que ce passage sur Terre valait le coup et sera inoubliable. T'inquiète petit, tout le monde est remplaçable. Tout change et évolue. On essaie juste de prétendre à un peu de plaisir socialement pour espérer ne pas crever tout seul. En attendant, on joue bien le jeu. On est tous des merdes. Plus ou moins du moins. Haha. Que de cynisme avant tant de socialisation. Que d'hypocrisie. Masque de sourire, cidre et fast dans les poches, que de contradictions, de complexes et de drôleries ! 


 
 

Jeudi 31 octobre 2013 à 21:03

 

Tu me regardais, m'observais. Un oiseau de tendresse. L'ambiance autour semblait métallique, un festival de science fiction. Nous, on était purs et doux. On sentait nous. On se lançait des regards à faire palir Venus et Aphrodite. On était d'une beauté sans nom. 
Tu manques. Du coup, j'ai réécouté Joe Dassin. J'ai pleuré.

 

Lundi 23 septembre 2013 à 19:49




 Il n'y a pas de joie ici. Et j'explose. Les mots ne sortent plus. 




Lundi 19 août 2013 à 23:22

 

Comme un trop plein de j'ai à faire. Administrer la maison, les finances incluant les leurs, les siennes, Tu le prends trop personnellement. J'avais déjà remarqué ca. Indiquer les accents sur ce clavier qwerty,c'est méga chiant. J'ai une liste énorme de choses à faire. Les photos de ses palettes, les photos de mes bagues. mon logo, mes cartes de visite, ses cartes de visite. Une ligne sans aucun accent. Et continuer avec la mise en ligne de son site internet, Créer le mien. Fabriquer le trolley qui servira à présenter les bagues. Donner une preuve d'adresse à HSBC. Modifier les photos sur Photoshop en incluent le logo et pourquoi pas un contour facon polaroid, Les uploader sur les sites de ventes. Créer une bannière. Prendre une douche.  

Je ne connais ni le code ALT+number pour le c cédille, ni pour le i tréma. Faire preuve de démotivation.

Mon tatouage sur les doigts n'est pas homogène, je vas devoir en repasser une troisième couche. Pas maintenant, Certaines parties sont pourtant bien noire, Rassurer les alentours use beaucoup trop de mon énergie, de ma bonne humeur. Je suis entourée de gens qui me sapent le moral, et plus trop d'énergie à offrer. Un week-end bien calme. S. va passer le week-end prochain. 

J'ai un projet d'illustration. Un style à développer. Moins de 5 clopes ce week-end. Record. Associabilisation. Les punks me manquent. Les mots aussi. Je me sens bien assez nulle part, Je suis un peu paumée. Paumée dans ma mauvaise humeur. J'en ai marre de dépenser tout ce que je gagne pour des trous que je n'ai pas fait. Sauver le navire, Je ne sais pas si j'en ai la force. Des sacrifices. Je stresse, mange saucissions secs et fromages francais, Un délice. Ils détestent l'odeur, tous. Je suis la seule à m'en baffrer. Et j'aime ca, J'ai un projet d'illustration à développer et j'en ai besoin de plus de 60 pour l'élaboration de ce livret, Je ressens ce besoin d'écrire. Je n'ai pourtant rien à dire. Le moral dans les chaussettes. Des chaussettes probablement puantes. Alors fumer une clope à 10h, dehors, dans le frais et la nuit noire. Loin de la vie chaleureuse et chaude au coeur, Je ne sais pas si c'est bon. Le pain vient d'être sorti du four, il sent extrèmement bon. J'ai un projet d'illustration.

Je n'ai pas envie de regarder de film ce soir. J'ai juste envie de lire un livre de Murakami. Un autre. J'ai besoin de vacances. De sortir. De me remuer les fesses pour un peu plus de positivité car mon sourire devient fade. Penser à ces illustrations. ILLUSTRATIONS. Ca va être fantastiaue si je m'y mets bien. Et ca, c'est vraiment motivant. Je vais me chercher une feuille blanche dès ce soir. Needed. Continuer le carnet. Ce serait une bonne idée. En fait, je suis pleine d'espoir et beaucoup plus motivée que je ne le pensais.

 

Il fallait juste l'écrire. C'est parti, je peux le faire. AH et ne pas oublier d'aller au yoga cette semaine, ca fait tellement de bien...
J'ai un projet d'illustration.

<< Page précédente | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | Page suivante >>

Créer un podcast